L’abandon du projet de base navale sur l’île de Baffin ne devrait pas affecter la surveillance du Nord

0
Passage du Nord-Ouest

C’est du moins ce que le ministre de la Défense Peter MacKay a déclaré vendredi lors d’un passage à Edmonton. Le ministre a dit que la réduction d’un projet de base navale en Arctique à ce qu’un expert de la défense de l’université de Calgary, Rob Huebert, a qualifié de vulgaire « station-service navale », n’aurait pas d’impact sur l’intention du Canada de surveiller le passage du Nord-Ouest.

Dans les faits, ce qui devait au départ être une véritable base navale, avec des immeubles de bureaux, des logements et des ateliers ainsi que la reconstruction et l’amélioration du port en eaux profondes, devient maintenant une simple escale de ravitaillement. Les projets d’installations de communications permanentes sont eux aussi annulés alors que ceux visant à emmagasiner assez d’essence pour une période de deux ans ont été coupés de moitié.

Le gouvernement conservateur n’a pas clairement expliqué comment ce qui était nécessaire hier ne l’est aujourd’hui. L’installation maritime de Nanisvik, en terre de Baffin, était pourtant au coeur du discours sur l’Arctique avant d’être réduite à un entrepôt non chauffé, un petit dépôt d’hydrocarbures et une jetée des années 1970.

Après le programme de chasseurs F-35 qui pourrait être abandonné, les rumeurs à l’effet que le gouvernement Harper envisage de sous-traiter les opérations de recherche et sauvetage assurés aujourd’hui par l’Aviation canadienne, nos sous-marins d’occasion toujours pas opérationnels et, très probablement, des coupures dans les dépenses militaires au prochain budget, qui sera déposé jeudi prochain, le 29 mars, on ne pourra certainement plus accuser les conservateurs d’être de méchants militaristes.

Mais comment, après des années de vache maigre, revenir au régime minceur au lieu de poursuivre la modernisation sans compromettre l’accomplissement de la mission des Forces canadiennes? Et comment un simple point de ravitaillement au lieu de la base prévu permettra-t-il  une surveillance aussi adéquate du passage du Nord-Ouest? Le document soumis à un organisme de réglementation environnementale par le ministère de la Défense le 24 février indique que « la fonctionnalité des installations serait réduite » mais reste muet sur la manière exacte dont les coupes affecteront les opérations menées par la Marine dans le nord du pays.


Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.