Le NCSM Charlottetown participe au plus important exercice de guerre anti-sous-marine de l’OTAN

0
La flotte de surface de l

Pendant que la flotte de surface de l’OTAN engagée dans l’opération Proud Manta 2012 voguait en formation en Méditerranée, l’équipage du centre des opérations du Charlottetown, au milieu des craquements continus des radios et des clignotements des écrans radars, apportait une importante contribution au plus important exercice de guerre anti-sous-marine de l’OTAN à ce jour.

L’équipage du centre des opérations est responsable du contrôle de tir – diriger et contrôler les armes du navire – et de la guerre électronique. Dans l’éclairage rouge distinctif qui préserve la vision de nuit, il travaille en permanence pendant que le navire est en mer.

La « raie manta », dont l’exercice tire son nom, est la plus grande des plus de 500 espèces de raies. Aussi appelée « diable des mers », son nom vient de l’espagnol et signifie «couverture ».  Ainsi, l’exercice Proud Manta avait pour but de démontrer la détermination de l’OTAN à maintenir sa compétence et à améliorer l’interopérabilité dans toutes sortes d’opérations maritimes multinationales coordonnées, en particulier la guerre anti-sous-marine, la guerre de surface et la surveillance côtière.

Il faut noter que l’armada aérienne impliquée dans l’exercice comprenait deux aéronefs de patrouille maritime CP-140 Aurora, qui ont été déployés du Canada avec quatre équipages de bord et un détachement de maintenance, et « Osprey », l’hélicoptère CH-124 Sea King embarqué sur le NCSM Charlottetown.

« Le rôle [du Charlottetown] pendant l’exercice [était] de soutenir les forces de l’OTAN à titre de plateforme de guerre anti-sous-marine) efficace, a déclaré le lieutenant de vaisseau Mark McShane, qui sert à bord du Charlottetown.« En particulier, le 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN a employé le Charlottetown comme une unité de sonar remorqué pour balayer et nettoyer les eaux bien en avant du groupe principal, en protection des unités essentielles à la mission. »

« Osprey », pour sa part, a tenu un rôle actif dans l’exercice. Conçu et construit principalement pour la guerre anti-sous-marine, l’hélicoptère CH-124 Sea King étend grandement la portée efficace de la frégate.

L’escadrille CP-140 Aurora, quant à elle, était arrivée pour l’exercice Proud Manta 2012 avec un plan pour 24 sorties de patrouille à long rayon d’action, démontrant la compétence du Canada dans la guerre anti-sous-marine et air-mer et les opérations de collecte de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. L’équipage aérien avait aussi des objectifs de mise sur pied de la force à compléter et sept vols de qualifications.

Le NCSM Charlottetown est actuellement déployé dans le cadre de l’opération Metric, la participation du Canada aux efforts internationaux pour améliorer la sécurité dans et autour de la mer Méditerranée.

La raie manta est un animal grégaire, vivant en bandes et se déplaçant elle aussi en formation, comme les onze nations participantes de l’OTAN — le Canada, la France, l’Allemagne, la Grèce, l’Italie, les Pays-Bas, la Norvège, l’Espagne, la Turquie, le Royaume-Uni et les États-Unis —, qui ont fourni cinq sous-marins, 12 navires de surface et 15 aéronefs.

Donc, gare à vous sous-marins ennemis, vous n’échapperez pas aux bandes de « fiers diables des mers »…

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.