95e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy

0
La garde se recueille pendant que les prières sont récitées en anglais, en français et en cri durant la Cérémonie commémorative principale. (Photo: Caporal-chef Pierre Thériault - DND-MDN Canada)

Selon plusieurs experts, y compris pour le féru d’histoire qu’est le gouverneur général du Canada, David Johnston, l’une des plus grandes batailles de l’histoire du Canada est celle de la crête de Vimy, en France. Cette bataille est considérée comme le point tournant de la Première Guerre mondiale. Rappelons que le Canada avait tout juste 50 ans d’existence à ce moment. « Nous pourrions dire que la bataille représente la naissance d’une nation », a ainsi déclaré M. Johnston.

1917

Au début de 1917, les Alliés lance une offensive de grande envergure. Les Français attaquent entre Reims et Soisson, les Britanniques font diversion dans la région d’Arras et les Canadiens ont pour mission de capturer la crête de Vimy, imprenable depuis un premier assaut français en 1915 qui s’était soldé par la mort de 150 000 soldats.

L’attaque est déclenchée le lundi de Pâques, 9 avril, à l’aube. Réunies au combat pour la première fois, les quatre divisions du Corps d’armée canadien (et la 5e Division [britannique]) sous le commandement du général Julian Byng, s’élancent à l’assaut de la crête. Le sol est enneigé, verglacé et balayé par les vents. En milieu d’après-midi, les Canadiens sont maîtres de la crête. Seules deux positions – la cote 145 et le Pimple – tiennent encore; elles tombent trois jours après. Les combats sont durs et les pertes sont nombreuses. Le bilan de la bataille de la crête de Vimy fut très lourd : côté canadien on y dénombra 10 602 soldats blessés, dont 3 598 morts au combat. Du côté allemand, on compta 20 000 soldats blessés ou tués. Au cours de cette seule campagne, quatre Canadiens obtinrent la Croix de Victoria et tout le contingent canadien fut honoré pour sa bravoure.

2012: 95e anniversaire

Près de 5 000 jeunes Canadiens ont participé ce lundi 9 avril aux commémorations du 95e anniversaire de la bataille de la crète de Vimy, au pied des deux immenses colonnes du mémorial.

Entre 6 000 et 8 000 personnes, ont bravé le temps pour assister à la cérémonie présidée par le gouverneur général et le ministre des anciens combattants du Canada. Une centaine de militaires canadiens et 150 personnalités étaient également présents.

Dans son discours, le gouverneur général David Johnston a souligné la signification « indélébile » du lieu, « symbole impérissable et éternel de ce que nous sommes ».

La journée avait débuté par la visite de la carrière Wellington, site souterrain d’Arras où s’est préparée l’offensive. M. Johnston a salué la présence des jeunes, alors que le dernier combattant canadien de la Première Guerre Mondiale, John Babcock, a rendu l’âme en février 2010 à l’âge de 109 ans. « Sans une mémoire vivante de la guerre, se souvenir devient encore plus important, a dit M. Johnston. Nous dépendons maintenant de la prochaine génération de Canadiens pour la faire revivre », a-t-il poursuivi.

Sur Twitter, David Johnston s’est déclaré « ému [avec sa femme]par la cérémonie au Mémorial national du Canada à Vimy pour le 95e anniversaire de la bataille ».

Au Canada, le premier ministre Stephen Harper a salué le courage des Canadiens qui ont été blessés ou tués lors de la Bataille de la crête de Vimy il y a 95 ans.

[slideshow]

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.