L’achat de nouveaux navires coûtera-il plus cher que prévu ?

1
Le NCSM Athabaskan est en tête de la formation, suivi du NCSM Montréal (au centre), du NCSM Charlottetown (à gauche) et du NCSM Fredericton (à droite) (Photo: DND-MDN)

Le rapport du vérificateur général du Canada, Michael Fergusson, a eu un effet boule de neige. Critiquant le gouvernement, le ministère de la Défense nationale et les Forces canadiennes à propos de l’achat des avions de chasse F-35, tous les autres achats sont désormais suivis attentivement. Un qui va assurément ne pas manquer d’être regardé à la loupe est l’achat d’une trentaine de navires.

En juin 2010, le gouvernement du Canada a annoncé la mise en place d’une Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN). Cette stratégie a pour but d’acquérir de nouveaux navires destinés au ministère de la Défense nationale et à Pêches et Océans Canada. L’enveloppe dont dispose les deux ministères pour acquérir leurs navires est de 33 milliards de dollars. C’est le plus grand achat de l’histoire canadienne.

Deux chantiers naval ont remporté les contrats:

– Vancouver Shipyards Co ltée, qui construira la flotte non destinée au combat, soit 7 navires pour environ 8 milliards $

– les Chantiers maritimes Irving Inc., qui construira la flotte destinée au combat, soit 21 navires pour près de 25 milliards $

De ces 28 navires, 23 sont destinés au ministère de la Défense nationale et se divisent en trois catégories:

– 15 navires de guerre qui doivent remplacer les 15 contre-torpilleurs et frégates de la Marine

– 2 navires de soutien interarmées qui doivent remplacer les deux pétroliers ravitailleurs (2,6 milliards $). La livraison du premier navire doit intervenir au printemps 2017.

– 6 navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, capables de transporter un Cyclone CH-148, d’avoir une vitesse de croisière de 14 noeuds et d’avoir une portée d’au moins six mille huit cent milles marins (12 600 km). Le premier de ces nouveaux navires doit être livré en 2015 et le dernier en 2021.

Jonathan Whitworth et Steve Durrell, respectivement, grands patrons de Vancouver Shipyards et d’Irving Inc., ont indiqué s’attendre à débuter la construction de leur premier navire au cours de l’année 2013.

Le premier ministre Harper annonce la mise en place de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (Photo: PMO)

Jocelyn Sweet, une porte-parole du ministère de la Défense nationale, a déclaré lors d’une interview téléphonique qu’il était impossible de connaître pour l’instant tous les coûts d’exploitation des navires puisqu’ils ne sont pas encore construits et que certains sont encore à l’état de simple dessins sur une planche. « L’évaluation de l’ensemble des coûts ne pourra se faire que lorsque le design des navires sera défini, ce qui devrait être fait dans le courant de l’année. »

De son côté, l’Association des industries canadiennes de défense et de sécurité estime que les projets de construction navale du gouvernement contribueraient à créer 15 000 emplois directs et indirects au cours des 30 prochaines années.

« À la différence des avions, nous ne pouvons pas nous permettre de construire un prototype. Ce serait trop cher et cela prendrait trop de temps », a tenu à préciser Mme Sweet qui a aussi indiqué que les Forces canadiennes et les Chantiers maritimes Irving Inc. travaillent en ce moment, main dans la main, à finaliser le look des futurs navires de combat qui remplaceront les vieux contre-torpilleurs de classe Iroquois et les frégates de classe Halifax.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.