Le NCSM Charlottetown se déguise en bateau de pêche

2
NCSM Charlottetown (Photo, Welland Canal)
NCSM Charlottetown (Photo: Welland Canal)

Exercice de combat en Méditerranée

Lors d’un exercice en Méditerranée, le 24 mars dernier, le « Groupe aéronaval d’attaque du USS Enterprise » et le « 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN », dont fait partie le NCSM Charlottetown, ont mené un exercice de combat en groupe qui a duré 24h.

C’est à cette occasion que le Charlottetown a été déguisé en bateau de pêche.

Le groupe du USS Enterprise est doté d’une puissance de feu spectaculaire: le croiseur lance-missiles USS Vicksburg, trois destroyers de classe Arleigh Burke, le USS Nitze, le USS Porter et le USS James E. Williams et, bien sûr, le Big E lui-même, le porte-avions USS Enterprise.

Le seul véritable espoir du groupe de la Force navale de réaction de l’OTAN : trouver l’Enterprise et tirer les premiers. Pour ce faire, le Charlottetown s’est déguisé en bateau de pêche…

La mission du Charlottetown

« Notre mission consiste à détecter, à signaler et à détruire le groupe aéronaval d’attaque américain, et la priorité est bien sûr le USS Enterprise, la pièce maîtresse », explique le lieutenant de vaisseau Matt Woodburn, un des officiers de la salle des opérations du Charlottetown. « Dès que nous opérons avec plusieurs unités et dès que nous employons de nouvelles ressources tout en demeurant clandestins, la coordination représente toujours un de nos principaux défis. Cependant, en plaçant bien nos unités et en utilisant des moyens de communication discrets, nous pouvons grandement améliorer et maximiser l’interopérabilité au sein de la force opérationnelle. »

On prépare une surprise pour Big E

L’équipage du Charlottetown se prépare donc en vue de prendre part une supercherie imaginée par le commandant du Groupe de réaction de l’OTAN, le commodore Ben Bekkering, des Pays-Bas, en utilisant des lampes espacées pour faire passer le navire de guerre pour un bateau de pêche. La frégate canadienne prend la position avant et se prépare à prendre Big E par surprise.

Le capitaine de frégate Wade Carter, commandant du NCSM Charlottetown explique le rôle de son navire dans cette mission : « Nous étions positionnés à l’avant pour permettre une détection rapide. Nous faisions office de piquet radar et de navire de garde, et nous avons envoyé notre hélicoptère, puis le véhicule aérien sans pilote ScanEagle, pour détecter et localiser l’ennemi rapidement alors qu’il empruntait le détroit de Gibraltar pour passer de l’Atlantique à la mer Méditerranée. »

Les autres frégates du Groupe de l’OTAN se dispersent et attendent patiemment, missiles prêts à être lancés, traquant l’ennemi à l’aide de leurs détecteurs passifs et des rapports du Charlottetown.

Coulés!

Ils attaquent un peu avant l’aube, envoyant une salve simultanée (simulée bien sûr) de missiles qui submergent le groupe aéronaval d’attaque.

Il faut dire que les équipages des quatre frégates de l’OTAN ont eu de la chance : c’était une journée d’interdiction de vol pour le groupe aéronaval d’attaque.

Un jeu de « bataille navale » très sérieux

Ce qui ressemble au jeu de bataille navale de notre enfance est en fait très sérieux. Les forces navales modernes jouent un rôle vital dans la sécurité maritime, un élément essentiel de la stabilité régionale, de la protection de nos intérêts nationaux et de la paix en affrontant une vaste gamme de menaces, conventionnelles et nouvelles. Des exercices comme celui-ci permettent de perfectionner les réactions et les tactiques défensives du groupe et de chaque équipage.

Depuis la mi-janvier, la frégate NCSM Charlottetown, dont le port d’attache est Halifax, est intégrée au 1er Groupe de la Force navale permanente de réaction de l’OTAN et affectée à l’opération « Active Endeavour ».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.