F-35, les conservateurs plus «aspirants» qu’inspirants?

0
Le professeur Stéphane Roussel (UQAM) s'adresse aux étudiants et professeurs de l'Université technologique de Kaunas (KTU) (Photo: Gouvernement du Canada)
Le professeur Stéphane Roussel (UQAM)

Les militaires auraient été « aspirés » par une décision des conservateurs

Lors d’une entrevue sur RDI ce matin, Stéphane Roussel, professeur de sciences politiques à l’UQUAM, n’a pas hésité à évoquer, dans l’affaire des F-35, la possibilité que les militaires aient été « aspirés » par la décision, déjà prise par les conservateurs, d’aller de l’avant avec le programme des F-35.

Contrairement à ce que dit le gouvernement conservateur, lorsqu’il a été informé, en 2010, du troisième protocole d’entente, il aurait eu le temps, selon le rapport du vérificateur, de considérer des alternatives. Le vérificateur général note encore que la justification d’aller de l’avant avec ce contrat en juillet 2010 n’a pas été faite.

Un environnement changeant

Le professeur Roussel souligne aussi l’environnement changeant qui entoure ce genre de décisions. Le Canada n’est pas, dans cette histoire, le plus gros joueur, note Stéphane Roussel dans cette entrevue. Il doit donc s’adapter aux décisions de ses partenaires.

Il faut se rappeler que le choix d’un chasseur pour remplacer nos CF-18 vieillissants doit répondre à des impératifs d’interopérabilité avec nos alliés.

Plusieurs des pays partenaires dans le programme des F-35 réduisent maintenant le nombre d’appareils dont ils comptent faire l’acquisition.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.