En attendant le premier F-35, voici le dernier CC-130J Super Hercule

2
L’adjudant-maître James Jeckell, arrimeur du 426e Escadron d’entraînement au transport (426 EET), avant le démarrage du nouvel avion de transport tactique CC130J Super Hercules de Lockheed Martin à la base aérienne Dobbins, à Marietta, en Géorgie, en 2010 (Photo: sergent Frank Hudec, équipe de la Réserve de Caméra de combat des Forces canadiennes)
L’adjudant-maître James Jeckell, arrimeur du 426e Escadron d’entraînement au transport (426 EET), avant le démarrage du nouvel avion de transport tactique CC130J Super Hercules de Lockheed Martin à la base aérienne Dobbins, à Marietta, en Géorgie, en 2010 (Photo: sergent Frank Hudec, équipe de la Réserve de Caméra de combat des Forces canadiennes)

Mercredi 8 mai, l’Aviation royale canadienne (ARC) a reçu officiellement le 17e et dernier CC-130J Super-Hercule de Lockheed Martin. L’avion se rendait, après les cérémonies d’usage, à la base des Forces canadiennes de Trenton.

C’est Lockheed Martin qui développe pour les forces alliés le chasseur furtif F-35 à Fort-Worth au Texas, dont le programme a subi plusieurs dépassements de coût et de budget et a été, ici au Canada, au centre d’une controverse depuis que le vérificateur général a déclaré que le gouvernement conservateur avait sous-estimé les coûts d’acquisition du chasseur.

Pour le Super-Hercule, tout est différent et l’histoire de cet aéronef beaucoup plus heureuse: le contrat initial prévoyait que les 17 aéronefs devaient être livrés d’ici la fin de l’année 2012. Le premier CC-130J a été reçu en juin 2010 et, avec le dernier livré mardi 8 mai, c’est « mission accomplie » pour le fabricant du Super-Hercule.

« La livraison du dernier CC-130J Hercules à l’Aviation royale canadienne représente un jalon important dans l’histoire de l’ARC », a déclaré le lieutenant-colonel Colin Keiver, commandant, au 436e Escadron de transport. « L’avion a déjà fait ses preuves partout dans le monde dans des endroits comme l’Afghanistan et la Libye, ainsi qu’ici, à la maison, au Canada. Nos partenaires de Lockheed Martin nous ont livré un avion qui fait honneur à la devise du 436e Escadron, Onus portamus ou «Nous portons la charge. »

Les représentants de l’avionneur ont profité de l’occasion pour souligner, que jusqu’à maintenant, Lockheed Martin a livré plus de 350 millions $ de retombées industrielles et régionales pour l’industrie canadienne résultant de l’achat par le gouvernement du Canada de l’aéronef CC-130J et des contrats d’entretien.

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Discussion2 commentaires

  1. IL y avait aussi l'avion de transport de la »France et les retombés économique aurait été de loin supérieur que Lockeed Martin. arrêtons d'acheter U.S.A. cela a un prix que nous ne pouvons point payer et le transporteur français est de loin le meilleur