F-35: les chiffres de retombées sont retombés

1

En des temps plus heureux mars 2011, le PM annonçait des retombées économiques plus importantes (Photos pm.gc.ca)En des temps plus heureux, en mars 2011, le Premier ministre annonçait des retombées économiques plus importantes (Photo: pm.gc.ca)

Industrie Canada a réduit les attentes concernant le controversé projet de l’avion de chasse F-35, estimant désormais que les entreprises canadiennes pouvaient espérer obtenir un maximum de 9,8 milliards $ US en contrats, et non plus 12 milliards $ US comme annoncé auparavant.

Les conservateurs avaient cité le montant de 12 milliards $ US dans le cadre de leur justification pour ne pas avoir considéré d’autres appareils potentiels.

Le gouvernement Harper a aussitôt indiqué qu’il se mettrait à la recherche de nouvelles avenues pour accroître les retombées économiques canadiennes du programme de chasseurs furtifs F-35.

Combien aurions-nous pu avoir en retombées?

Dans le passé, les fournisseurs devaient s’engager à ce que le Canada ait des retombées industrielles équivalentes à 100 % du coût d’achat au cours des 20 années suivantes. Ces retombées devaient en outre être ajustées de façon que toutes les régions touchent leur juste part.

Si finalement, le Canada dépense 25 milliards dans cette affaire, comme le dit le rapport du vérificateur général déposé en avril, il aurait dû alors avoir 25 milliards en retombées, si nous avions eu le même genre d’entente avec les fournisseurs que par le passé.

Pas d’engagement précis de Lockheed Martin

Le Canada participe au programme JSF F-35 (Joint Strike Fighter) depuis 1997 et a investi 10 millions dans le développement initial de l’avion, puis 150 millions en 2002 dans la deuxième phase du projet qui doit maintenant se terminer en 2016 et, en 2006, le Canada s’est engagé à participer à la phase de production qui doit commencer en 2016 et à y investir 551 millions de plus.

Mais Lockheed Martin a toujours refusé de s’engager à verser un montant précis de retombées industrielles.

Les investissements du gouvernement fédéral ont tout de même permis aux entreprises canadiennes de devenir partenaires du projet. Elles peuvent soumissionner pour plusieurs contrats pour la fabrication de certaines pièces. Lockheed Martin affirme que les contrats sont attribués au meilleur soumissionnaire possible, habituellement le moins cher, mais pas dans tous les cas.

Qui sont ces entrerpises

Les entreprises retenues, appelées les « Rang 1 », obtiennent un mandat pour fabriquer une pièce, ou un ensemble de pièces, pour l’ensemble des avions fabriqués au cours de la vie du projet au cours des 20 à 30 prochaines années. Par contre, le nombre de chasseurs F-35, initialement estimé à 5000 avions, a été réduit maintenant à 3000 appareils dont 2500 sont effectivement en commande, et il ne cesse de se réduire.

Les entreprises de « Rang 1» vont par la suite sous-traiter une partie de leur contrat à des entreprises plus petites, les « Rang 2 ».

Parmi la cinquantaine de compagnies canadiennes qui ont des ententes avec Lockheed Martin aujourd’hui, mentionnons, pour le Québec:

  • Héroux-Devtek, Longueuil : éléments de structure d’ailes et de fuselage;
  • Howmet, Division Laval : entrées d’air des moteurs;
  • CMC Electronic, Montréal : détecteurs électroniques, sous-ensembles pour le radar et pièces machinées;
  • Mindready, Montréal : connecteurs électriques;
  • Pratt & Whitney Canada, Longueuil : éléments de turbine;
  • CPS ind., Montréal : échangeurs de chaleur et pièces tubulaires;
  • Alpha casting, Montréal : échangeurs de chaleur et pièces tubulaires.

État du programme

Le nombre total d’essais en vol en vol pour 2012 s’élevait au 29 février dernier, à :

  • F-35 A,  à décollage et atterrissage classiques (CTOL): 61 vols
  • F-35 B,  à décollage court / atterrissage vertical (STOVL): 57 vols
  • F-35 C,  destinés aux portes-avions (CV): 29 vols

Finalement,  en date du 29 février dernier, depuis le début des essais en vol en Décembre 2006,  le F-35 a volé 1 737 fois.

Pour ceux que l’état précis du programme intéresse, ils peuvent consulter cette dernière mise à jour de Lockheed Martin.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.