On a coulé un navire dans le port de Sydney… enfin presque!

0

Deux navires de défense côtière, le NCSM) Summerside (à gauche) et le NCSM Moncton (à droite) le 3 mai 2012, pendant un exercice de détection de mines sous-marines mené dans le port de Sydney, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre de l’exercice Frontier Sentinel 12 (Photo: Caporal Martin Roy, Forces canadiennes)Deux navires de défense côtière, le NCSM Summerside (à gauche) et le NCSM Moncton (à droite) le 3 mai 2012, pendant un exercice de détection de mines sous-marines mené dans le port de Sydney, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre de l’exercice Frontier Sentinel 12 (Photo: Caporal Martin Roy, Forces canadiennes)

Cette année, l’un des scénarios de l’exercice de sécurité maritime canado-américain Frontier sentinel 2012 était une explosion qui a coulé un navire dans le port de Sydney, en Nouvelle-Écosse. Dans ce scénario, les autorités locales font alors enquête pour déterminer la cause de l’explosion, puis demandent de l’aide pour réagir à la situation.

L’exercice Frontier sentinel 2012 a commencé le 1e mai en Atlantique Nord et dans les ports de Sydney, Nouvelle-Écosse et Groton, Connecticut. Créée en 2006, cet exercice a pour but d’établir un système d’échange d’information, de planification et d’intervention coordonnée entre les Forces canadiennes, la Gendarmerie royale canadienne, la Marine américaine et la Garde côtière américaine, ainsi que d’autres organismes chargés d’assurer la sécurité des côtes canadiennes et américaines.

Ainsi, le commandement de la garde côtière américaine et le commandement des Forces navales américaines participaient au scénario de lutte contre les mines,dirigée par la Force opérationnelle interarmées (Atlantique).

Dans ce scénario qui a commencé par une explosion qui a coulé un navire à Sydney, c’est le Cape Ann III, un navire civil,qui tenait le « rôle » du navire coulé. Après l’enquête de la police régionale de Cape Breton, la GRC, appelée en renfort, a envoyé alors des plongeurs, puis a demandé l’aide des Forces canadiennes par l’entremise de Sécurité publique Canada, conformément au protocole habituel en pareil cas. Cette demande d’aide a entraîné à son tour le déploiement de la Force opérationnelle, chargée de la lutte contre les mine,s et le début des opérations.

Toujours dans ce scénario, le mouilleur de mines présumé s’est ensuite dirigé vers la côte est des États-Unis et un arraisonnement de la Garde côtière américaine a permis de déterminer que le port de Groton, au Connecticut, avait aussi été miné.

Pendant cet exercice, Sydney a été le théâtre d’opérations où on a pu voir à l’oeuvre des spécialistes et de l’équipement de lutte contre les mines canadiens et américains; on a aussi pu voir le NCSM Moncton et le Summerside ainsi que des véhicules sous-marins sans équipage et du remorquage suspendu sur la plage, au cours duquel des mines sont remontées à la surface puis transportées sur la côte pour analyse.

« Je suis très heureux des résultats de cet exercice, qui a permis à tous les participants de valider leurs plans, leurs politiques et leurs procédures », a déclaré le contre-amiral canadien David Gardam, commandant de la Force opérationnelle interarmées (Atlantique). « Les précieuses leçons retenues de ce scénario seront mises en pratique pour peaufiner nos plans de collaboration actuels et pour améliorer notre interopérabilité. »

Bien sûr, pour terminer, les responsables de l’exercice ont rendu le navire coulé à ses légitimes propriétaires.

En effet, les plongeurs canadiens et américains de l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique), du 4e Régiment d’appui du génie et de la Mobile Diving and Salvage Unit 2  américaine ont également uni leur force pour faire remonter à la surface le navire coulé, le Cape Ann III, et  pour le rendre à l’organisation civile qui l’avait loué à la Force opérationnelle interarmées (Atlantique) pour la simulation.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.