Héroux-Devtek: baisses de production des programmes militaires

8
Héroux-Devtek fabrique des trains d’atterrissage pour les marchés de l’aérospatiale commerciale et militaire, en plus d’offrir des services d’entretien et de réparation, ainsi que des pièces de rechange (Photo : Héroux-Devtek)
Héroux-Devtek fabrique des trains d’atterrissage pour les marchés de l’aérospatiale commerciale et militaire, en plus d’offrir des services d’entretien et de réparation, ainsi que des pièces de rechange (Photo : Héroux-Devtek)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les programmes militaires du chasseur F-22, de l’avion de combat F-16 et de l’avion de transport C-17, sur lesquels travaille l’entreprise aérospatiale de Longueuil subissent des baisses de production.

Ces diminutions seront, selon toute probabilité, en partie compensées par la production de composants pour le chasseur F-35 et l’hélicoptère de transport CH-47. Au cours de l’exercice qui a commencé le 1er avril dernier, l’entreprise de Longueuil prévoit livrer des composants pour 42 F-35, soit le même nombre que l’an dernier. Mais cela ne compensera donc pas complètement les diminutions des autres programmes, d’autant plus que, si augmentation de la cadence de production des F-35 il y a, ce ne sera pas avant 2015.

Comme les autres entreprises du secteur aéronautique et de la défense, Héroux-Devtek commence subir les contrecoups des compressions budgétaires des gouvernements.

Alors que les gouvernements tentent de diminuer, puis d’éliminer leurs déficits et de baisser leur dette, ce n’est plus du côté des activités militaires qu’il faudra chercher la croissance au cours des 12 prochains mois.

2012: année record

Héroux-Devtek affiche tout de même des résultats record en 2012, comme en fait foi ces chiffres, tirés du rapport annuel paru le 25 mai :

• Résultats robustes au quatrième trimestre: ventes de 109 M$, contre 106 M$ l’an dernier, Bénéfice par action dilué de 0,29 $, en hausse par rapport à 0,26 $ un an auparavant

• Ventes de 380,3 M$ pour l’exercice 2012, en hausse de 6,4 % par rapport à 357,6 M$ l’an dernier

• BAIIA (Bénéfice avant impôt, intérêt et amortissement) de 64,7 M$ pour l’exercice 2012, comparativement à 57,1 M$ lors de l’exercice 2011

• Résultat net de 26,5 M$ pour l’exercice 2012, soit 0,86 $ par action diluée, en hausse de 38,4 % par rapport à 19,1 millions de dollars, ou 0,63 $ par action diluée, lors de l’exercice 2011

• Bilan sain: 62,0 M$ en trésorerie et équivalents de trésorerie et un ratio de la dette nette sur les capitaux propres de 0,23 :1

Mais il faut noter que la croissance est surtout attribuable cette année au secteur industriel d’Héroux, qui fabrique de l’équipement pour les industries minières et de la production d’énergie dont les revenus ont progressé de 37 % pour se chiffrer à 35 millions $.