Libye, guerre des chiffres: un blessé, peut-être deux

0

Un technicien en système avionique signale le départ des CF18 canadiens de la 3e Escadre Bagotville pour la Libye en 2011 (Photo : Photo : Caporal Alex Roy, Combat cam)Un technicien en système avionique signale le départ des CF18 canadiens de la 3e Escadre Bagotville pour la Libye en 2011 (Photo: Caporal Alex Roy, Combat camera)

Dans la guerre de chiffres sur qui savait quoi, guerre qui oppose le ministre de la Défense Peter MacKay et le major général John Vance, un des deux protagonistes a été blessé, peut-être les deux.

Comme vous le disait 45e Nord le 11 mai dernier, le coût global de l’opération aurait ainsi été sous-estimé par le ministre de la Défense.

À la fin de l’année dernière, M. MacKay s’était félicité du retour hâtif des soldats en raison du succès de la mission de sept mois et de la chute du dictateur Mouammar Kadhafi. En octobre, le ministre estimait que la chute rapide du régime Kadhafi avait permis d’économiser 10 millions $ sur les 60 millions prévus.

Même en appliquant la – controversée – méthode de calcul du gouvernement, qui consiste à exclure les coûts fixes, comme le salaire des militaires qui sont de toute façon rémunérés qu’ils partent en mission ou non, on arrive à une facture de 100 millions $.

Or, les déclarations faites par le major général Vance lors d’une conférence de presse organisée rapidement le 11 mai et au cours de laquelle, en principe, les militaires devaient se porter à la défense de leur ministre dans cette controverse, ont, tout au contraire, contredit ce qu’avait affirmé plus tôt le ministre de la Défense.

Au cours de cette conférence de presse, M. Vance a admis aux journalistes que, au moment où M. MacKay affirmait que la mission libyenne ne coûterait que 50 millions, il avait bel et bien été informé que les frais de mission finaux s’élèveraient à un peu plus de 100 millions de dollars.

« Il connaissait les estimations, à coup sûr » a déclaré le major général Vance aux journalistes. « En fait, il (le ministre de la Défense) présente les estimations au Cabinet. Alors oui, le ministre savait ce que les coûts estimés de la mission pouvaient être. »

Voici les propos de M. Vance lors de la conférence de presse du 11 mai, tels que rapportés par l’Ottawa Citizen :

Reporter: Vous lui avez donné une estimation de 106 millions de dollars, ce qui est plus de deux fois le chiffre de 50 millions de dollars.

Général Vance: Correct!

Reporter: Donc, il savait tout cela?

Général Vance: Correct. Il savait que… ce que les coûts estimés étaient, à coup sûr!

Là où l’affaire se corse encore davantage c’est quand, lors d’une entrevue donnée par Peter MacKay le 13 mai, à Tom Clark de l’émission West Block sur le réseau Global, le ministre affirme le contraire.

Clark: Avez-vous eu en face de vous à ce moment-là, l’estimation que le général a dit que vous aviez, de 106 millions $ pour l’ensemble de la mission?

MacKay: Je ne crois pas que nous l’avions!

Plus tard dans l’entrevue, MacKay a répété qu’il n’avait pas l’information que le général Vance a affirmé qu’il avait.

Un autre reportage de Global, soulignait aussi le lendemain 14 mai, les contradictions entre les déclarations du ministre et du major général.

Qui dit vrai ? Qui dit faux ? En attendant, tout le monde est perdant.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.