Près de 300 kilos de haschich saisis par le Charlottetown en mer d’Arabie

1
Des drogues jetées dans le golfe d’Aden ont été récupérées par le NCSM CHARLOTTETOWN lors de l’opération Artemis, le 5 mai 2012 (Photo: Caporal Ronnie Kinnie, Services d’imagerie de la formation, Halifax, MDN)
Des drogues jetées dans le golfe d’Aden ont été récupérées par le NCSM CHARLOTTETOWN lors de l’opération Artemis, le 5 mai 2012 (Caporal Ronnie Kinnie/Services d’imagerie de la formation Halifax/MDN)

Le NCSM Charlottetown et son équipage n’auront pas perdu de temps. Le 5 mai, quelques semaines seulement après avoir été déployé en mer d’Arabie, la frégate canadienne sous le commandement des Forces maritimes interalliées (Task force CTF 150, lutte contre les stupéfiants), a intercepté un transport de drogue dans le golfe d’Aden.

Le 22 avril, le ministre de la Défense, Peter MacKay, avait annoncé le déploiement du Charlottetown dans la région de la mer d’Arabie. Après avoir servi en Méditerranée, le navire de la Marine royale canadienne, commandé par le capitaine Wade Carter, se joignait ainsi à la Force opérationnelle multinationale 150 (CTF 150) dans le but de mener des opérations de sécurité maritime dans la région de la mer d’Oman.

Le 5 mai dernier donc, l’hélicoptère CH-124 du Charlottetown a repéré un boutre (petit voilier arabe) et une embarcation légère en pleine opération de transbordement de marchandise suspecte. «Lorsque le Charlottetown nous a donné la permission d’enquêter sur les vaisseaux, ils étaient déjà en train d’échanger des paquets», a déclaré le Major David Holmes, responsable des opérations aériennes. «Nous avons ainsi recueilli des renseignements, puis les navires suspects sont partis dans des directions opposées.»

L’embarcation des trafiquants a continué sa course en direction du Charlottetown et, il s’est rendu compte qu’il se dirigeait vers un navire de guerre. L’équipage a alors commencé rapidement à jeter la cargaison par-dessus bord. L’hélicoptère a pu récupérer deux paquets qui avaient été jetés à la mer et la vedette du Charlottetown, elle, huit autres paquets, pour un total de 272 kilos (600 livres) de haschich.

Une fois à bord, l’équipe d’arraisonnement du Charlottetown a établi que le navire des contrebandiers était apatride, sans nationalité apparente, et l’a fouillé minutieusement.

«Bien que notre mission ici est sensiblement la même que dans le bassin méditerranéen – participer à la sécurité maritime et à la lutte contre le terrorisme – nous sommes maintenant dans une région plus difficile», a déclaré le commandant Wade Carter. «Je suis fier de la façon dont mon équipage a réagi à cette opération d’interdiction de drogue. Ils ont mis leur formation à l’épreuve et exécuté notre plan de manière transparente.»

Près de 90 % du commerce mondial se fait par voie maritime. Le capitaine Carter indique être conscient de faire la différence dans cette région du monde. «Le monde dépend de la navigation maritime pour transporter les approvisionnements vitaux comme la nourriture et de carburant. Les opérations telles que celles-ci aident à assurer que la sécurité maritime est maintenue, qu’aucun bénéfice ne peut être tiré du commerce de substances nocives et que la contrebande de drogue ne devienne pas une source de financement du terrorisme.»

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.