Sommet de l’OTAN: le Canada quittera bien l’Afghanistan en 2014

0

Comme prévu, le secrétaire-général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, a officiellement demandé au gouvernement canadien de prolonger sa mission en Afghanistan au-delà de mars 2014, date du retrait définitif des Forces canadiennes.

Lors de l’ouverture du 25e Sommet de l’OTAN, M. Rasmussen a déclaré espérer «que le Canada continuera de contribuer aux activités de formation après 2014», tout en précisant que la décision revenait au gouvernement canadien.

Suite à la fin de la mission de combat, 950 soldats des Forces canadiennes se sont déployés en Afghanistan depuis juillet 2011 afin de mener une mission de formation de l’armée et de la police afghane. Une première rotation a eu lieu en février-mars de cette année, tandis que la prochaine est prévue pour le mois de novembre.

Demander n’est pas obtenir

Mais voilà. M. Rasmussen n’aura pas été exaucé, puisque le premier ministre Stephen Harper a annoncé ce lundi 21 mai, que les troupes se retireront comme c’était prévu, en mars 2014.

Pendant plus de 10 ans, les membres courageux des Forces armées canadiennes et de la GRC ainsi que de nombreux fonctionnaires et civils dévoués ont fait d’énormes sacrifices pour aider le peuple afghan, a déclaré le Premier ministre. Le Canada tiendra son engagement et terminera sa mission de formation actuelle en Afghanistan, mais il n’y effectuera plus de missions militaires après le 14 mars 2014.»

Déjà la veille, le ministre de la Défense Peter MacKay, avait annoncé à des journalistes présents au Sommet que, depuis le tout début, le Canada a été un contributeur important à la guerre en Afghanistan et que le pays a fait plus que sa juste part. «Le Canada continuera de contribuer à l’Afghanistan avec d’autres moyens que le personnel militaire», a-t-il dit.

Et cette autre moyen est la contribution du pays au financement de l’armée et de la police afghane. Nous vous rapportions dans un article précédent, que ces forces de sécurité  coûteront 4,1 milliards/an aux pays partenaires. Du 1,3 milliard que devrait verser les pays membres de l’OTAN (les États-Unis verseront à eux-seuls 2,3 milliards), le premier ministre Harper a annoncé que le Canada s’est engagé à verser 110 millions/an entre 2015 et 2017.

M. Rasmussen a cependant déclaré lors de l’ouverture de la réunion sur la question de l’Afghanistan qu’à compter de 2015, l’OTAN prévoit «maintenir une présence pour former, conseiller et aider les forces de sécurité afghanes. Les pays de l’OTAN et de la FIAS paieront aussi leur part afin d’aider à soutenir l’armée et la police en Afghanistan dans les années à venir».

En revanche, M. Rasmussen a obtenu une Déclaration du Sommet de Chicago indiquant, aux articles 6 et 7:

  • 6 – D’ici à la fin de 2014, lorsque les autorités afghanes auront la responsabilité totale de la sécurité, la mission de combat dirigée par l’OTAN prendra fin. Nous continuerons, toutefois, d’apporter un solide soutien politique et pratique à long terme au travers de notre partenariat durable avec l’Afghanistan. L’OTAN est prête à travailler à l’établissement, à la demande du gouvernement de la République islamique d’Afghanistan, d’une nouvelle mission pour l’après-2014, d’une nature différente, ayant pour but de former, de conseiller et d’aider les forces de sécurité nationales afghanes, y compris les forces d’opérations spéciales afghanes. Ce ne sera pas une mission de combat. Nous chargeons le Conseil d’entamer immédiatement des travaux sur le processus de planification militaire pour la mission post-Force internationale d’assistance à la sécurité.
  • 7 – À la Conférence internationale sur l’Afghanistan qui s’est tenue à Bonn en décembre 2011, la communauté internationale a pris l’engagement de soutenir l’Afghanistan au cours de sa « décennie de la transformation », après 2014. L’OTAN jouera son rôle, aux côtés d’autres acteurs, en mettant sur pied des forces afghanes soutenables et en nombre suffisant, capables d’assurer la sécurité de leur pays. Dans ce contexte, les Alliés saluent les contributions et réaffirment leur ferme engagement à contribuer au soutien financier des forces de sécurité nationales afghanes. Nous appelons par ailleurs la communauté internationale à s’engager en faveur du soutien à long terme des forces de sécurité nationales afghanes. Des mécanismes de financement efficaces et des modalités d’utilisation des fonds opérantes pour tous les éléments concernés des forces de sécurité nationales afghanes seront élaborés sur la base des mécanismes existants, dans le cadre desquels la cohérence des efforts du gouvernement afghan et de ceux de la communauté internationale sera assurée. Ils seront axés sur le respect des principes de flexibilité, de transparence, de redevabilité et de coût-efficacité, et ils comporteront des mesures anticorruption. 
En interview sur le réseau d’information en continu RDI, le lieutenant-colonel à la retraite Gilles Paradis a indiqué que le Canada restait finalement dans la ligne de l’OTAN, mais que l’Afghanistan restait un engagement à très long terme, nécessaire pour «remettre le pays sur ses pieds et bien fonctionner».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.