Syrie: le point sur la situation des observateurs militaires canadiens sur le plateau du Golan

0

Les membres de l’ONUST et de la FNUOD discutent au Camp Faouar, plateau du Golan (Photo: SSG Gernot Payer, ONUST)

Depuis février 2011, la Syrie est en crise. La vague de contestations sociales et politiques ayant affectés la Tunisie, l’Égypte, la Libye et d’autres pays arabes lors du « Printemps arabe » a mené à la révolte du peuple syrien.

L’Opération Jade est la plus ancienne des missions de maintien de la paix des Nations Unies et a pour but d’assurer la surveillance et le respect du cessez-le-feu entre l’État d’Israël, et ses voisins, soit l’Égypte, le Liban, la Jordanie et… la Syrie.

Huit observateurs militaires canadiens sont ainsi déployés dans la région. Cinq d’entre eux sont affectés au Groupe d’observateurs du plateau du Golan, cette zone annexée par Israël pendant la Guerre des Six jours.

Le Lieutenant-colonel Sean Nashrudi, réserviste du Royal Montreal Regiment et commandant du Groupe d’observateurs du Golan, habite à Damas, la capitale de la Syrie, et travaille au Camp Faouar, sur le plateau du Golan. Il en va de même pour le Lieutenant de vaisseau Travis Moore, un autre membre des Forces Canadiennes affecté à l’Opération Jade. Le Major Sam Perreault, le Major Jeremy Watts et le Capitaine John Hooyer font eux aussi parti des observateurs du Golan.

Le Capitaine Adrian Bishop est affecté au QG de l’Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST) à Jérusalem à titre d’officier d’état-major personnel du chef de la mission de l’ONUST. Les deux derniers membres de l’Opération Jade, le Major Robert Saunders et le Capitaine Scott Stevens, servent au sein du Groupe d’observateurs militaires au Liban à titre d’officier d’information militaire et de chef d’équipe.

Le Lieutenant-colonel Nashrudi indique que la mission avait toujours été relativement tranquille. Mais, avec les récents évènements, tout cela a changé. « C’est un environnement très tendu et très fluide lorsqu’on traite avec les forces armées syriennes, explique-t-il. Vous ne savez jamais comment vous allez être reçus de leur côté. C’est difficile pour les militaires non armés. »

Les militaires qui travaillent en Syrie ont modifié leur opération en réponse à l’environnement de sécurité changeant. Ainsi, leurs déplacements dans le pays ont été réduits au strict minimum et ils ont déclaré les zones à haut risque à Damas et dans les environs hors limites jusqu’à nouvel ordre. Plus récemment, les membres des Forces Canadiennes ont été temporairement déménagés dans les installations de l’ONU sur le plateau du Golan alors que la situation de sécurité à Damas se détériorait. Ils gardent désormais leur équipement de protection individuel à portée de main peu importe où ils se trouvent.

Sur les huit membres de l’Opération Jade, seul le Lieutenant-colonel Nashrudi restera jusqu’à l’hiver suivant. Tous les autres seront en effet redéployés à l’été 2012.

D’ici là, la mission continue malgré les nombreuses embûches se trouvant sur le chemin du plateau du Golan.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.