Et si le Canada remplaçait son avion d’entraînement CT-155 Hawk

1
Des CT155 Hawks du 419e Escadron de Cold Lake effectuent un vol en formation avec le bombardier B25 Mitchell du Canadian Warplane Heritage Museum au-dessus du lac Ontario (Photo: Caporal Jean-François Lauzé, Services d'imagerie de la 4e Escadre Cold Lake en Alberta)

Des CT155 Hawks du 419e Escadron de Cold Lake effectuent un vol en formation avec le bombardier B25 Mitchell du Canadian Warplane Heritage Museum au-dessus du lac Ontario (Photo: Caporal Jean-François Lauzé, Services d’imagerie de la 4e Escadre Cold Lake (Alberta)

Le Canada pourrait lancer un programme pour remplacer l’avion d’entraînement Hawk CT-155. C’est du moins la rumeur que rapporte la revue d’aviation Flight Global dans son édition du 2 juin, au lendemain du salon CANSEC 2012 de l’industrie canadienne de défense et de sécurité, qui s’est tenu  à Ottawa mercredi 30 et jeudi 31 mai.

Que serait un salon sans rumeurs? Il semble que des sources indiquent qu’un haut fonctionnaire de la défense canadienne ait parlé au salon du remplacement du CT-155 à de futurs entrepreneurs. Le ministère canadien de la Défense n’a fait aucun commentaire, mais il n’en fallait pas plus pour que la rumeur… décolle.

En raison de ses similarités avec les chasseurs perfectionnés de première ligne, le CT-155 Hawk est l’appareil que l’OTAN a retenu pour son programme d’entraînement en vol au Canada. Après avoir terminé leur formation sur le CT-156 Harvard II, les apprentis-pilotes commencent à s’entraîner sur cet avion très avancé.

L’Aviation royale canadienne n’est pas la seule à avoir adopté cet avion d’entraînement: c’est aussi le cas de la British Royal Air Force et 14 autres pays.

Grâce à sa technologie, cet avion se prête à une vaste gamme de missions d’entraînement haute performance. Très perfectionné, le poste de pilotage en verre du CT-155 est doté d’un système de visualisation tête haute (HUD), de commandes essentielles sur manche et manettes des gaz (HOTAS) et de systèmes de navigation intégrée et de pointage des armes.

L’arrivée du F-35 pourrait toutefois rendre le CT-155 obsolète comme avion d’entrainement. Plusieurs sources de l’industrie, confirment que le Canada veut maintenant un système de formation complet qui peut préparer adéquatement les pilotes canadiens à prendre les commandes de la cinquième génération d’avion de chasse de Lockheed Martin: le F-35 que doit acheter (ou pas) le gouvernement canadien.

Mais d’autres sources affirment… le contraire; qu’il n’y a pas de programme en cours pour remplacer les CT-155 britanniques. L’Aviation royale canadienne pourrait simplement mettre à jour sa flotte actuelle des avions CT-155. Tout ce qui arriverait dans ce cas est que le CT-155 serait adéquatement mis à jour pour gérer les tâches de formation liées au F-35.

D’autres dispositifs auxiliaires tels que les simulateurs de pointe pourraient toutefois être nécessaires. Un système de formation complet impliquerait non seulement un avion d’entraînement, mais aussi des simulateurs, un programme de formation et d’autres services. Les progrès de la technologie de simulation pourraient signifier que les simulateurs remplaceraient les vols réels pour certaines tâches, dont le ravitaillement en vol.

Quoi qu’il en soit, les plus sérieux prétendants au titre d’avion d’entraînement de l’Aviation canadienne seraient le Hawk de BAE 128 et l’Alenia Aeronautica M-346.

La britannique BAE Systems, qui fabrique déjà le CT-155 est une entreprise britannique est la première entreprise mondiale et la première européenne dans les secteurs de la défense et de l’aérospatiale. Elle participe à différents projets comme le F-35 Lightning II et l’Eurofighter Typhoon.

Alenia Aeronautica, quant à elle, est une société du groupe Finmeccanica, qui s’occupe de la conception, de la réalisation, de la transformation et de l’assistance d’une vaste gamme d’avions et de systèmes aéronautiques civils et militaires. Son siège est à Turin, en Italie. Finmeccanica  est le second groupe industriel italien, le premier dans la haute technologie et un des cinq premiers dans le monde.

Alenia et BAE ont tous deux présenté sur écrans des modèles de leurs avions lors du salon CANSEC 2012.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

DiscussionUn commentaire

  1. Oublier pour de bon la conserve du f35 c'est un citron onéreux et ne seras jamais un avion pour le canada par ses restrictions un moteur seulement et les longues distances le rafale de «dassaut est de loin le meilleur