Le CF18 Hornet de retour dans le ciel de Montréal

0
Lorsqu’on pousse un CF-18 à puissance maximale, le grondement des réacteurs fait vibrer le sol (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera)
Lorsqu’on pousse un CF-18 à puissance maximale, le grondement des réacteurs fait vibrer le sol (Photo : Sergent Danielle Bernier, Combat Camera)

 

Le Hornet de démonstration est arrivé à l’aéroport vers 13 h, jeudi le 21 juin. Les personnes vivant à proximité de l’aéroport de Mirabel pourront le voir ou entendre ses moteurs de deux à trois fois par jour, de jeudi à dimanche, mais de jour seulement.

L’équipe de démonstration du CF-18 de 2012 participera au spectacle aérien de Mont-Laurier, du 22 au 24 juin, mais, à cause des dimensions des pistes dont il a besoin pour atterrir et décoller, l’avion devra utiliser les pistes de l’aéroport de Mirabel, à Montréal.

Par ailleurs, des CF-18 survoleront aussi la ville de Sainte Julie le vendredi 22 juin pour le lancement du tournoi de la PGA de 2012.

En effet, deux défilés aériens lanceront officiellement le tournoi, peu après 10 h 00. Les avions de chasse survoleront la région à une altitude d’au moins 150 mètres (500 pi) au-dessus du point le plus élevé de leur trajectoire, puis voleront ensuite à une altitude supérieure en vue de regagner leur base d’attache située à Bagotville, au Québec.

Un communiqué de l’Aviation royale canadienne précise que les survols par des aéronefs des Forces canadiennes font l’objet d’une planification minutieuse et d’une surveillance étroite visant à garantir la sécurité du public en tout temps.

On peut consulter le calendrier complet des passages et spectacles aériens des CF 18 sur le site de Spectacles aériens de la Force aérienne du Canada.

 

À lire aussi:

 Dévoilement du CF-18 de démonstration 2012 à la 3e Escadre >>

Spectacles aériens du CF-18 de démonstration au Québec >>

CF-18 à Montréal: rien à voir avec les manifestations étudiantes >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.