MacKay annonce un nouveau programme pour « accroître la sécurité nationale »

2
La technologie au service de la sécurité ?

« Des rues plus sûres et une frontière plus sécuritaire. » Non, nous ne sommes pas dans le roman 1984 de George Orwell, mais bien au Canada en 2012.

Peter MacKay, le ministre de la Défense nationale, a annoncé ce dimanche 17 juin, la mise sur pied du Programme canadien de sûreté et de sécurité (PCSS) à Régina, en Saskatchewan.

Dotée d’un budget annuel de 43,5 millions de dollars, le programme a pour but de renforcer les capacités du Canada à réagir (anticipation, prévention, préparation, intervention et rétablissement) à des accidents graves, des catastrophes naturelles ou des actes terroristes et criminels par la convergence de la science et de la technologie avec la politique, les opérations et le renseignement.

« Cet investissement annuel de 43,5 millions de dollars contribuera au développement des capacités scientifiques et technologiques qui permettent de prévenir les crises et de nous préparer à intervenir en cas d’incident et de rétablir la situation par la suite », a indiqué le ministre MacKay.

Concrètement, trois anciens programmes se retrouve fusionnés au sein de ce celui-ci:

  • L’Initiative de recherche et de technologie sur les agents chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosifs (CBRNE), qui était axée sur la lutte contre le terrorisme par les agents CBRNE.
  • Le Programme technique de sécurité publique, dont les efforts de science et de la technologie étaient axés sur les domaines de la protection des infrastructures, la cybersécurité, la surveillance, le renseignement, l’interdiction, la sûreté des frontières, les systèmes de gestion des urgences et l’interopérabilité.
  • Le Centre canadien de recherches policières, dont les activités mettaient en valeur la science et de la technologie au bénéfice de la police et des autres premiers intervenants du Canada.

C’est l’agence Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC) qui gérera le programme pour développer les capacités dans les domaines de « la lutte contre les armes chimiques, biologiques, radionucléaires et explosives, de la sécurité des transports et des frontières, de la gestion des urgences, de la surveillance et du renseignement, de la cybersécurité, de l’interopérabilité et des infrastructures essentielles. »

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion2 commentaires