Nouveau commandant au COMSOCAN

0
Caporal-chef Matt Macaulay, technicien médical du détachement prend la pression d'un patient lors d’un exercice dans les Caraïbes (Photo: Sergent Paz Quillé, Camera de combat)
Caporal-chef Matt Macaulay, technicien médical du détachement prend la pression d’un patient lors d’un exercice dans les Caraïbes (Photo: Sergent Paz Quillé, Camera de combat)

Le Commandement du Soutien opérationnel du Canada (COMSOCAN) est passé le jeudi 21 juin du major général Mark E. McQuillan au  major général Steven P. Noonan, qui en était auparavant le commandant adjoint. La cérémonie de passation a eu lieu au Manège militaire de la place Cartier, le plus ancien manège militaire au Canada encore utilisé aujourd’hui comme dépôt d’armes, sous la présidence du chef d’état-major de la Défense, le général Walt Natynczyk.

Le Commandement du soutien opérationnel du Canada, le COMSOCAN,  assure le soutien opérationnel national aux missions des Forces canadiennes au Canada qu’à l’étranger, soit la logistique, le génie militaire, les services de santé et les services de la Police militaire.

Le groupe principal du COMSOCAN comprend aujourd’hui environ 1 100 civils et militaires des forces terrestres, aériennes et maritimes. « Les efforts du COMSOCAN n’attirent pas toujours l’attention, mais sans le travail acharné des membres de ce commandement, le Canada ne serait pas en mesure de respecter ses obligations internationales », affirmait le ministre de la Défense Peter MacKay.

Le nouveau commandant, le major général Noonan, a déclaré à propos de son prédécesseur : « Le major général McQuillan a dirigé le COMSOCAN au cours d’une période où le rythme opérationnel était frénétique, tant au pays qu’à l’étranger. Il a fait preuve d’un leadership hors du commun, guidant le COMSOCAN à travers la forte tempête provoquée par les changements et les difficultés qui se sont présentées en Afghanistan et ailleurs dans le monde ».

 Bio du major général Noonan

Quant au nouveau commandant, enrôlé dans les Forces canadiennes en 1978, il  a obtenu, en 1982, un baccalauréat en génie des combustibles et des matériaux du Collège militaire royal du Canada à Kingston, est aussi diplômé du Collège de commandement et d’état-major de la Force terrestre canadienne (1991), du Cours de commandement et d’état-major des Forces canadiennes (1999) et du Cours des études de sécurité nationale (2008).

En tant qu’officier hiérarchique, le major général Noonan a occupé plusieurs postes de commandement de troupe et d’escadron de génie.

D’août 2005 à mars 2006, il a commandé la Rotation 0 de la Force opérationnelle en Afghanistan, puis il a dirigé la collaboration du Canada sur le théâtre dans le cadre des opérations Archer, Athena et Argus.

Dans le cadre d’affectations en tant qu’officier d’état-major, il a passé quatre ans à Kingston, comme ingénieur divisionnaire par intérim, de G3 Génie et de G3 Plans au Quartier général de la 1re Division du Canada, puis un an à Ottawa au sein de l’état-major du J3 Génie, suivi de trois ans comme membre de l’état-major du CEMAT, le chef d’état-major de l’Armée de terre, où il a pris part aux travaux de transformation de l’Armée de terre. De juillet 2006 à janvier 2008 il a exercé par intérim les fonctions de J3 au Commandement de la Force expéditionnaire du Canada.

 

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.