Shannon: MacKay réagit à la décision sur le recours collectif

0
Peter MacKay au cours d’une conférence de presse en Nouvelle-Écosse (Photo : Caporal Dan Bard, Services d’imagerie de la formation, base des Forces canadiennes Halifax)
Peter MacKay au cours d’une conférence de presse en Nouvelle-Écosse (Photo : Caporal Dan Bard, Services d’imagerie de la formation, base des Forces canadiennes Halifax)

Le ministre de la Défense, Peter MacKay, a émis une déclaration suite à la décision de la Cour supérieure du Québec dans le dossier du recours collectif déposé par les résidents de la municipalité de Shannon :

« Le juge Bernard Godbout de la Cour supérieure du Québec vient de rendre sa décision dans le dossier du recours collectif déposé au nom des résidents de la municipalité de Shannon (…) Le juge Godbout a entériné la position du gouvernement du Canada selon laquelle les preuves n’ont pas permis d’établir de lien de cause à effet entre les problèmes de santé allégués par les participants au recours collectif et l’exposition au TCE. » déclare Peter MacKay. « Le juge a toutefois attribué une compensation financière forfaitaire allant jusqu’à 15 000 $ aux adultes dont la résidence a été raccordée au réseau d’aqueduc de la municipalité de Shannon entre le 21 décembre 2000 et le 31 décembre 2001, en raison des inconvénients subis. Ceci représente environ 160 résidences. Nous allons étudier la décision afin d’évaluer les prochaines étapes. » conclut le ministre.

« Le MDN continue à travailler étroitement avec les intervenants concernés et les représentants municipaux locaux afin d’assurer une eau de qualité aux résidents de la Garnison de Valcartier et ses environs. » souligne M. MacKay.

La représentante du recours collectif contre le gouvernement, Marie-Paule Spieser, réclamait 200 millions de dollars pour 600 résidents qui ont développé des cancers et 3 000 personnes qui ont vécu sur la base militaire de Valcartier, dans l’affaire de la contamination de la nappe phréatique par le trichloréthylène (TCE),à Shannon, dans la région de Québec,  à 10 minutes de la base de Valcartier.

Les défendeurs, le gouvernement fédéral, la Société immobilière Valcartier et General Dynamics,  sont reconnus responsables de cette contamination, mais la décision, rendue le jeudi 21 juin, n’établit pas de lien avec des cas de cancer. Seulement une poignée de citoyens pourra donc être indemnisée en raison de la contamination de la nappe conclut le juge Bernard Godbout de la Cour supérieur et les requérants devront, cette fois, déposer des demandes d’indemnité individuelles.

Le juge conclut, en effet,  qu’il y a eu contamination de la nappe phréatique dans une zone appelée « le triangle rouge », qui comprend une quarantaine de résidences, mais statue que la preuve n’a pas été faite que le produit de nettoyage utilisé dans la fabrication de munitions est à l’origine des nombreux cas de cancer ( environ 250) répertoriés à Shannon.

Mince consolation, le juge statue toutefois que les citoyens n’auront pas à payer les frais d’avocats et d’experts d’environ 2 millions de dollars.

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.