Achat de camions: dépenses additionnelles de 300 M$ sans approbation stoppées

0
Peter MacKay, en des temps plus heureux alors qu’il (ré)annonçait en 2009 à Valcartier l'attribution d'un contrat pour l'achat de nouveaux camions de soutien logistique (Photo: caporal Marc-André Gaudreault, Section Imagerie, Garnison Valcartier)
Peter MacKay, en des temps plus heureux, alors qu’il (ré)annonçait en 2009 à Valcartier l’attribution d’un contrat pour l’achat de nouveaux camions de soutien logistique (Photo: caporal Marc-André Gaudreault, Section Imagerie, Garnison Valcartier) 

Navires, avions de sauvetage, hélicoptères, avions de chasse et maintenant, camions… les programmes d’achat militaires donnent des maux de tête au gouvernement conservateur.

C’est parce que le ministère de la Défense se préparait à dépenser 300 M$ sans en avoir reçu l’approbation que le gouvernement conservateur aurait stoppé le 11 juillet le programme d’achat de camions pour l’Armée.

C’est du moins ce que rapportaient cette semaine les journaux de la chaîne Postmedia, un groupe de presse canadien comprenant le National Post, de Toronto, ainsi que le Calgary Herald, l’Ottawa Citizen,  le Vancouver Sun et plusieurs autres quotidiens importants au pays.

Dépassement de coûts de 300 M$

Le ministère de la Défense avait reçu l’approbation du gouvernement en 2009 pour aller de l’avant avec l’achat pour 430 millions de dollars de 1500 camions de taille moyenne. Mais, dans les années subséquentes, le ministère et les responsables militaires ont commencé à ajouter plus de fonctionnalités à ce qu’ils voulaient dans les véhicules, atteignant ainsi un coût estimatif de 730 M$ à 800 M$.

Fait sans précédant, les fonctionnaires du ministère de la Défense auraient été de l’avant avec le programme d’achat sans en référer au Conseil du Trésor pour approbation afin de couvrir le montant additionnel de 300 à 370 M$. selon les sources de la chaîne canadienne (des militaires et des fonctionnaires gouvernementaux ainsi que des représentants de l’industrie).

Lorsque le Conseil du Trésor et les fonctionnaires du gouvernement conservateur ont découvert ce qui se passait, ils sont donc intervenus et, trois minutes avant l’heure limite de dépôt des soumissions pour cet achat, ont stoppé le processus.

Le ministère des Travaux publics aurait avisé par courriel les soumissionnaires de l’annulation du contrat, affirmant que les « circonstances budgétaires et économiques ainsi que la situation des marchés » avaient changé depuis l’annonce du programme en 2006. Le ministère a ainsi déclaré aux soumissionnaires qu’il était nécessaire de réévaluer le programme afin de s’assurer que le bon équipement est acheté pour l’Armée, et ce, au montant le plus avantageux possible pour le Canada, avant de procéder à l’achat de camions.

Au ministère des Travaux publics et Approvisionnements, c’est la Direction des grands projets – Terre qui est responsable des acquisitions relatives à plusieurs projets du ministère de la Défense nationale, y compris le projet de système de véhicule de soutien moyen, le projet de véhicule de combat rapproché et le projet de véhicule blindé tactique de patrouille.

Nombreux programmes d’achats en difficulté

Le gouvernement Harper a fait face dans le passé à de vives critiques sur les programmes d’achats militaires à la Chambre des communes, de la part du directeur parlementaire du budget et du vérificateur général, notamment sur le coût croissant de l’avion de combat F-35 furtif .

Les conservateurs ont également essuyé des critiques du vérificateur général pour l’achat des hélicoptères Chinook qui devait coûter 2 milliards de dollars, mais dont le prix a gonflé à 5 milliards de dollars selon le vérificateur général, après que des responsables militaires eurent commencé à ajouter plus de fonctionnalités à l’appareil.

Le ministère de la Défense pour sa part a déclaré, à propos du système de véhicules de soutien moyen (SVSM): « Puisque le projet SVSM a été lancé en 2006, il y a eu des changements importants dans le marché des  camions de soutien moyen et les circonstances budgétaires. Les estimations pour ce projet ne reflétaient pas cette nouvelle réalité. », ajoutant, « … le projet est maintenant en cours de réévaluation afin de s’assurer qu’il répond à ces nouvelles réalités et au niveau de dépenses autorisées.  Nous agissons rapidement pour acquérir le bon équipement au meilleur prix pour les contribuables. »

Et maintenant, on attend

Toutefois, il n’y a pour l’instant aucune indication du gouvernement sur la date de redémarrage du projet.

C’est la deuxième fois que déraille le projet de camions, annoncé en grande pompe en 2006 par les conservateurs. Les camions devaient être livrés en 2008 et le projet était considéré comme une priorité parce que les véhicules vieillissants et rouillés qu’ils devaient remplacer étaient devenus un danger pour la sécurité, avec des freins défectueux et plusieurs autres problèmes sérieux.

En outre,  il y quelques mois, le programme de véhicule de combat rapproché avait dû lui aussi être redémarré. Les offres des  entreprises en lice pour ce programme de 2 milliards de dollars avaient été rejetées et les entreprises invitées à présenter de nouvelles propositions pour septembre 2012.

 

Voir aussi, sur 45e Nord:

 Ottawa stoppe momentanément l’achat de camions pour l’armée

Les CH-148 Cyclones destinés à remplacer les Sea Kings : encore un autre retard

Irving: «Il était un petit contrat » (enfin!)

Dans l’affaire du F-35, le vérificateur général persiste et signe…

Paul Martin à Peter MacKay : prends tes responsabilités et cesse de blâmer les autres!

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.