L’affaire de l’espion canadien cause bien des maux de tête aux Australiens

0

L’affaire de Jeffrey Paul Delisle, l’espion canadien arrêté le 24 janvier dernier par les Australiens, continue de faire des vagues et cause encore bien des soucis à l’Australian Security Intelligence Organisation (ASIO, les services de renseignements australiens).

Delisle, un officier de marine, est accusé d’avoir divulgué un véritable trésor d’informations secrètes à des agents russes sur une échelle comparable à la remise à WikiLeaks de rapports militaires et diplomatiques des États-Unis par le soldat américain Bradley Manning.

Mais, le hic, c’ est que les informations prétendument vendus à la Russie par Delisle seraient pour la plupart beaucoup plus sensible que les informations que le soldat Manning avait données à WikiLeaks. Il s’agirait, notamment, d’informations  recueillies par les services de renseignements des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande .

Lire l’article (en anglais) dans le quotidien australien Sidney Morning Herald >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.