L’affaire des camions militaires: la goutte d’eau qui fait déborder le vase

0
Le ministre Mackay à Valcartier au Québec en janvier 2009, alors qu’il annonçait un contrat pour l'achat de nouveaux camions de soutien logistique pour les Forces canadiennes ( Photo : caporal Marc-André Gaudreault, Section Imagerie, Garnison Valcartier)
Le ministre Mackay à Valcartier au Québec en janvier 2009, alors qu’il annonçait un contrat pour l’achat de nouveaux camions de soutien logistique pour les Forces canadiennes ( Photo : caporal Marc-André Gaudreault, Section Imagerie, Garnison Valcartier)

Les camions militaires dont le gouvernement conservateur a dû arrêter le programme d’achat pourraient amener le gouvernement à confier à d’autres organismes que le ministère de la Défense la direction des achats militaires d’importance. Le gouvernement de Stephen Harpe, on se rappelle, a dû arrêter la semaine dernière le programme d’achat de camions militaires quand il s’est aperçu que la Défense nationale se préparait à dépenser de 300 à 370 M$ de plus qu’autorisés, soit 86 % de plus que ce qui avait été approuvé.

C’est du moins là une hypothèse de plus en plus crédible dont fait état un important quotidien de Toronto dans son édition du 19 juillet.

Après une série de ratés d’achats dans les programmes d’achats militaires, des avions de chasse F-35 aux navires de ravitaillement, en passant par les véhicules de combat,  le gouvernement Harper, désireux de rétablir « le système chroniquement dysfonctionnel du Canada pour l’achat de matériel militaire », envisagerait maintenant des changements qui enlèveraient au ministère de la Défense la responsabilité de piloter les achats importants.

D’ailleurs, alors qu’il prenait la parole à une rencontre le 12 juillet de la Fédération canadienne des enseignants, à Halifax en Nouvelle-Écosse, l’ex premier ministre libéral Paul Martin  avait enjoint au ministre de la Défense Peter MacKay de cesser d’essayer de faire porter aux autres le blâme pour les problèmes qu’éprouve le gouvernement dans les programmes d’achats pour la défense et l’avait invité à prendre ses responsabilités.

Une option à l’étude est la création d’un secrétariat permanent, qui relèverait du ministère des Travaux publics et serait de tous les achats militaires majeurs dessus d’une certaine valeur.

Vivement critiqué dans le dernier rapport du vérificateur général pour avoir sous-estimé les coûts du programme du F-35, le gouvernement conservateur avait alors créé un Secrétariat dont la responsabilité avait été confiée au ministère des Travaux publics.  Des experts indépendants étaient aussi membres de ce nouvel organe décisionnel afin d’accroître davantage l’impartialité du processus décisionnel.

Un tel changement diminuerait considérablement le rôle traditionnel du ministère de la Défense dans la conception et la définition des caractéristiques techniques pour les achats de matériel militaire d’importance.

 

Voir aussi :

Achat de camions: dépenses additionnelles de 300 M$ sans approbation stoppées

Paul Martin à Peter MacKay : prends tes responsabilités et cesse de blâmer les autres!

F-35: le nouveau Secrétariat en charge de l’achat débute ses activités

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.