Le nouvel hélicoptère de Boeing pour le Canada en avance sur son calendrier

0
Vol inaugural du CH-147F Chinook de Boeing destiné au Canada (Photo : Boeing photo)
Vol inaugural du CH-147F Chinook de Boeing destiné au Canada (Photo : Boeing photo)

La société Boeing a annoncé dans un communiqué le 11 juillet que le nouvel hélicoptère de transport moyen à lourd CH-147F de Boeing destiné au Canada est en avance sur le calendrier après avoir fait son premier vol le 24 Juin.

Basée à Saint-Louis, Boeing Defense, Space & Security est une entreprise de 32 milliards de dollars qui emploie 61.000 personnes à travers le monde. Le gouvernement du Canada a accordé à Boeing un contrat pour 15 appareils de ce type en juin 2009 et le début des  livraisons est prévu pour 2013.

Le vol inaugural a duré plus de 80 minutes et a confirmé la navigabilité de l’appareil, y compris le nouveau système électrique et un cockpit de conception nouvelle qui allège la tâche du pilote.  Après un troisième vol de ce premier Chinook, le 25 juin, Boeing a également terminé la première étape de la procédure de validation des performances des aéronefs et des systèmes. L’appareil effectuera maintenant d’autres essais en vol et au sol dans les mois à venir et sera bientôt rejoint par un deuxième CH-147F, qui doit sortir de la chaîne de montage un peu  plus tard ce mois-ci.

Le Chinook H-47 canadien,  appelé CH-147F par les Forces canadiennes, comporte plusieurs caractéristiques avancées : un nouveau design, une cellule modernisée avec un système de carburant lui procurant plus d’autonomie, un nouveau système électrique, un poste de pilotage de conception nouvelle et un système numérique de contrôle automatique de vol. L’avion a également des caractéristiques de survie améliorées, y compris un système directionnel contre-mesures infrarouge, une protection balistique interne, et des sièges blindés résistant à l’écrasement, tant pour le pilote que le copilote.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.