À bord du NCSM Ville de Québec

0

Au cours de la tournée des Grands Lacs 2012, le NCSM Ville de Québec, naviguant dans les eaux du Saint-Laurent, a mis une journée à se rendre de Québec à Montréal. 45eNord a eu la chance d’être le seul média embarqué pour l’occasion.

La seule frégate canadienne francophone de la flotte est actuellement déployée pour la « tournée des Grands Lacs ».

Son commandant, le capitaine de frégate Yves Germain, s’apprête à quitter ses fonctions après deux années passées à bord du navire. « La première année était surtout des tests des équipements, tandis que la deuxième nous avons fait plusieurs exercices, que ce soit seuls, avec des américains ou d’autres nations », indique le commandant.

Le NCSM Ville de Québec était au large de la Somalie en 2008, et a participé à des opérations de lutte contre la piraterie et d’escorte de navires de transport de nourriture.

Pour sa dernière mission en tant que commandant du navire, Yves Germain fait donc la tournée des Grands Lacs accompagné de deux navires américains, les USS Hurricane et USS De Wert.

L’objectif de cette tournée qui a lieu chaque année, est de mieux faire connaître la Marine et commémorer la guerre américano-britannique de 1812.

Commandant d’un jour

À 12 ans, Charles Maheu vient de réaliser un de ses rêves : devenir commandant d’un navire.

Charles est en fait atteint d’ostéogenèse imparfaite, ce qui le rend aussi fragile que de la porcelaine. Selon ses parents, il a déjà à son actif une soixantaine de fractures, voire davantage en comptant les micro-fractures.

Avec l’aide de la Fondation Rêves d’enfants, la famille Maheu s’est embarquée à bord du NCSM Ville de Québec pour effectuer le trajet de Québec à Montréal. À peine arrivé, Charles s’est vu remettre la casquette du commandant et a pu donner ses premiers ordres à l’équipage. « J’ai vraiment aimé ça donner des ordres, c’était le fun », nous a dit Charles.

Visite

Long de 134 mètres et comptant environ 220 membres d’équipage, le NCSM Ville de Québec  FFH 332 est le deuxième navire à porter ce nom, le premier étant une corvette ayant servi durant la Seconde Guerre mondiale.

Tout en haut du navire, on retrouve la salle des commandes. C’est d’ici que partent la plupart des ordres pour diriger le navire. Quand ce n’est pas le commandant ou le commandant en second qui donnent des ordres, c’est un officier de quart qui les remplace.

Non loin de là, se trouve la mystérieuse salle des opérations, toujours plongée dans une lumière rouge tamisée. En temps de guerre, c’est d’ici que le commandant donnerait ses ordres de combat.

Diviseé en quatre parties, la salle des opérations permet de surveiller tout ce qui se trouve dans l’eau, sur l’eau ou dans les airs. Une autre section de la salle est réservée aux directeurs qui prennent les décisions. En temps de guerre, une quarantaine de personnes travaille dans cette salle.

Un peu plus loin, se trouve la salle de contrôle des machines. D’ici, les marins contrôlent la puissance du navire, que ce soit les armes, les détecteurs, l’éclairage, le chauffage, les pompes, la climatisation,… bref tous les systèmes qui consomment de l’électricité.

Toujours plus loin dans le navire, la salle des machines avec son moteur diesel Pielstick qui donne au Ville de Québec une grande autonomie.

Entre tout ça, il y a bien sûr une infirmerie, les différents mess de l’équipage, les cabines de deux, six, voire 15 places dans certains cas, et des équipements de sport répartis un peu partout dans les couloirs du navire.

La tournée du NCSM Ville de Québec, accompagné des USS Hurricane et USS De Wert, se poursuivra jusqu’au début du mois d’octobre.

 

À lire aussi:

Tournée des Grands Lacs 2012: visite de l’USS De Wert >>

C’est parti pour la tournée des Grands Lacs 2012 >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.