Corans brûlés: aucune accusation criminelle contre les militaires américains

0

Six soldats de l’armée et trois Marines ont échappé le lundi 27 août à des accusations criminelles, mais ont plutôt écopé de sanctions administratives pour leur implication dans deux incidents d’inconduite en Afghanistan.

Les soldats ont été sanctionnés pour avoir brûlé par erreur des exemplaires du Coran plus tôt cette année sur une base américaine en Afghanistan, et les Marines eux, ont été punis pour leur participation à une vidéo où on les voit urinant sur les cadavres des insurgés talibans.

Les peines exactes n’ont pas été dévoilées mais les sanctions administratives pourraient comprendre la rétrogradation, la confiscation de salaire ou un blâme dans leur dossier. Ils pourraient également freiner tout avancement futur de ces militaires et mettre fin à leur carrière.

L’incinération des exemplaires du Coran avait déclenché des émeutes et des meurtres, dont ceux de deux soldats américains tués par un soldat afghan et de deux conseillers militaires américains abattus à leur bureau au ministère de l’Intérieur.

Pour sa part, Aimal Faizi, un porte-parole de président afghan Hamid Karzaï, a déclaré que le bureau de M. Karzaï passerait en revue les décisions avant d’y répondre (les nouvelles sur les sanctions sont parvenues tard dans la nuit en Afghanistan car il y a 8h30 de décalage entre l’heure de Montréal et l’heure de Kaboul).

Lire l’article de l’Associated Press sur le Globe and Mail >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.