De l’aide pour les anciens soldats sans abri

0
Un sans-abri dort sur un banc public (Photo: Parole citoyenne)
Un sans-abri dort sur un banc public (Photo: Parole citoyenne)

Le ministère des Anciens Combattants annonce le 31 juillet qu’Ottawa va créer un projet pilote pour soutenir les anciens soldats sans abris.

C’est le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney,  qui en fait l’annonce officielle à Calgary.

Il s’agit d’un projet pilote de logements de transition et de soutien pour les anciens combattants sans abri, qui vise à aider les anciens combattants sans abri ou vulnérables à l’itinérance.

Le projet sera doté d’un budget de 1,9 million $ en argent a été prévue, auquel s’ajouteront 1,8 million $ de contributions en biens de toutes sortes par le ministère des Anciens Combattants et des groupes communautaires de Toronto, Victoria, Calgary et London.

La première étape du projet sera de mener une action concertée des organismes partenaires pour identifier et rejoindre les anciens combattants sans domicile fixe, afin de s’assurer qu’ils aient accès aux programmes de chaque groupe pouvant les aider à sortir de la rue.

L’ombudsman des vétérans avait déjà alerté le gouvernement dès en 2008 à ce sujet,  affirmant que des milliers d’anciens militaires vivaient dans la rue un peu partout au Canada, et prédisant que leur nombre augmenterait très certaienement après le déploiement en Afghanistan.

Pour sa part, l’ancien soldat et fondateur du groupe de défense pour les vétérans canadiens (CVA), Michael Blais, en entrevue avec la Presse canadienne, s’est réjoui de cette annonce. M. Blais a été le témoin de la dérive et la mort dans les rues de Toronto d’un militaire aux côtés de qui il avait servi dans les Forces canadiennes.

M. Blais a déclaré qu’il lui semblait que le gouvernement fédéral commençait enfin à entendre leurs appels. Il fut un temps où Ottawa niait l’importance ce problème chez les anciens combattants, et s’en remettait aux les services sociaux locaux pour s’en occuper, a souligné M. Blais.

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.