En Hongrie, des camps militaires pour enfants. Et au Canada?

5

La nouvelle peut paraître insolite, surprenante, bizarre. En Hongrie, ce petit pays d’Europe centrale qui compte 10 millions d’habitants, des jeunes âgés de 11 à 21 ans, ont l’opportunité de passer des vacances d’été dans un camp para-militaire encadrés par des soldats de l’armée hongroise! Ils y apprennent ainsi la discipline, la marche au pas et peuvent s’entraîner au maniement des armes.

Pour sa sixième année d’existence, le camp accueille plus de 400 jeunes qui réalisent des exercices de tir avec des Kalachnikovs AK-47 (à blanc heureusement!).

« Nous leur donnons une véritable formation militaire de base, indique Zsolt Horvath, responsable du camp. Ils ont des exercices d’endurance, avec des courses le matin et des exercices de gymnastique. Tout au long de la journée, ils écoutent des formateurs qui viennent de différentes unités de l’armée ».

« J’aime tout ce qui est militaire et extrême. Je voudrais devenir soldate quand je serai grande », s’est exclamée Rebecca, une jeune fille de 16 ans.

Aux États-Unis

Pas de camp d’été pour les jeunes américains, mais plutôt des camps correctionnels !

Depuis les années 1980, des établissements pénaux de type militaire ont fait leur apparition. Tout d’abord présents en Géorgie et en Oklahoma, il y avait en 2000 près de 50 de ces camps. Aucun chiffre n’est disponible depuis cette date.

À l’origine, les « Boot Camps » étaient destinés pour l’entraînement des soldats américains. Mais petit à petit, l’idée de faire vivre  la discipline militaire à des jeunes délinquants a plu à de nombreux américains… jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il y a eu une quarantaine de morts dans ces camps depuis leur création.

Au Canada

Au Canada, ce n’est que dans le milieu des années 1990 que les législateurs ont commencé à envisager cette formule comme peine pour les jeunes contrevenants.

Ainsi, en 1994, l’Alberta a inauguré, un « camp de travail » à l’intention des jeunes contrevenants autochtones imposant une discipline de fer, tandis qu’un camp de type militaire « à la mode du Manitoba » a été établi dans cette province, toujours pour les jeunes contrevenants.

Lors d’une conférence de presse qui a eu lieu à l’Assemblée législative de l’Ontario le 29 août 1996, le solliciteur général et ministre des Services correctionnels de cette province a annoncé que son gouvernement avait l’intention de mettre à l’essai une formule « discipline de fer » dans le cadre d’un projet pilote destiné à 30 à 50 adolescents récidivistes à risque élevé, au plus tard en janvier 1997.

Si votre enfant n’est pas délinquant, l’enverriez-vous volontairement dans un camp d’été militaire comme en Hongrie ? La base de Valcartier, à Québec, accueillerait-elle des centaines d’enfants et d’adolescents qui veulent apprendre la discipline militaire ?

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Discussion5 commentaires

  1. ou ce situe le camp? Je vais bientot avoir 12 ans et jaimerais devenir un soldat plutart. Seulement que j’habite au quebec et je ne voulais pas que ca soit trop loin. Merci beaucoup

  2. TRAORE Drissa

    Bonjour Nicolas, je voudrais avoir les coordonnees de ce camp tres particulier