L’UAV embarqué à bord du Charlottetown a bien accompli sa mission

0

Désormais en route vers son port d’attache (Halifax, en Nouvelle-Écosse), la frégate NCSM Charlottetown rentre à la maison après un déploiement de sept mois. Une des particularités de son déploiement? La présence d’un véhicule aérien sans pilote (UAV) ScanEagle, au côté d’un V-22 Osprey, et d’un hélicoptère CH-124 Sea King.

Le capitaine de frégate Wade Carter, commandant du NCSM Charlottetown, indique aimer avoir le choix dans son détachement aérien combiné. « Alors que le navire et l’hélicoptère sont parfaits pour localiser des vaisseaux d’intérêt, l’UAV permet de surveiller de façon clandestine et furtive au moyen d’images vidéo en direct, permettant ainsi à l’équipe des opérations de recueillir des données et des images d’activités illicites, et ce, dans le but de monter un dossier pour prendre des mesures de suivi ou pour procéder à une interception. J’espère que les Forces canadiennes continueront d’utiliser une approche collaborative pour les déploiements navals futurs ».

L’utilisation d’UAV par les Forces canadiennes est toute récente. C’est en effet en février 2006 que le CU-161 Sperwer est entré en service en Afghanistan.

Étant toujours en période d’essai, l’UAV à bord du Charlottetown était accompagné de techniciens civils, de soldats, de marins et d’aviateurs. Le sergent Michael Jenkins peut à ce titre être considéré comme un pionnier puisqu’il a été déployé en Afghanistan avec le détachement d’UAV Sperwer.

« Comme nous provenons de l’Armée, mon équipe et moi-même avons dû nous adapter à certains aspects propres à l’environnement marin, a expliqué le sergent de l’Artillerie royale canadienne, qui était le contrôleur principal de l’UAV sur le navire. Nous avons dû apprendre le jargon et les acronymes de la Marine pour être en mesure de travailler de façon efficace avec les marins dans la salle des opérations ».

« Je travaille avec le ScanEagle depuis le début, explique le Sergent Jenkins. À mon avis, les services de surveillance qu’il fournit aux militaires de première ligne ou, dans la Marine, à l’équipe d’arraisonnement, représentent l’avantage principal d’un UAV ».

C’est le NCSM Regina qui prend désormais la relève du Charlottetown dans sa mission en mer d’Oman, du golfe d’Aden, du golfe d’Oman et de l’Océan Indien. Le Charlottetown devrait arriver à la mi-septembre à Halifax. L’UAV, quant à lui, est transféré à bord du Regina et poursuit sa mission.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.