Un bien beau Tattoo militaire de Québec 2012! (PHOTOS)

0

Pour la troisième et dernière soirée du Tattoo militaire, les musiciens étaient encore en pleine forme! Le Festival International de Musique Militaire de Québec (FIMMQ) a encore une fois cette année fait un travail exceptionnel. Des bénévoles aux musiciens, tout était parfait! Plusieurs pays étaient encore représentés dont la France, les États-Unis, le Chili, l’Allemagne et l’Autriche.

Samedi 25 à 19h, les lumières se sont éteintes et le spectacle a commencé par une brève présentation historique des Voltigeurs de Québec de 1812, lors de l’attaque des Américains à aujourd’hui. Les Voltigeurs de Québec fut le premier régiment canadien-français. Même si sa formation n’est officialisée qu’en 1862, en 1812, les miliciens combattaient sous les ordres de Charles-Michel de Salaberry. Plusieurs batailles sont à leurs honneurs, Châteauguay et Montréal sont entre autres parmi celles-là. Par la suite, le régiment a continué à être présent : guerre des Boers, Première Guerre mondiale, Deuxième Guerre mondiale. De nombreuses missions avec l’ONU et l’OTAN ; ex-Yougoslavie, Haïti, Congo, Corée Chypre, Croatie, Égypte, Golan, Boznie-Herzégovine, l’Afghanistan et il ne faut pas oublier leur effort au pays, dont octobre 1970, la Crise du verglas, etc. L’hommage rendu aux Voltigeurs de Québec était propice ce soir pour tous leurs accomplissements passés et futurs.

À noter la présence ce soir-là, du Brigadier-Général Giguère, Commandant du secteur de Québec de la Force terrestre et de la Force opérationnelle interarmées (Est). Il était accompagné du ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation et ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad.

Après l’entrée des couleurs du Royal 22e Régiment et des Voltigeurs de Québec, le Ô Canada a été chanté. Par la suite, les différentes performances se sont enchaînés à un rythme effréné tout au long de la soirée.

Cette année, les Cadets de la Région de l’Est se sont particulièrement démarqués plus qu’à la normale et ont eu le droit à un tonnerre d’applaudissements de toute la foule! Durant la prestation, et je vous défie d’aller voir la photo, deux cadets ont même joué de leur instrument à l’envers sur les épaules d’un coéquipier!

Le Corps de cornemuses et tambours de la GRC était accompagné de danseuses écossaises qui n’ont pas fait honte à la cornemuse! Il était suivi de la Musique du Royal 22e Régiment, qui malheureusement n’était pas accompagnée de l’équipe de précision cette année, voulant faire plus de place au 150e anniversaire des Voltigeurs. Un manquement selon les habitués qui sans aucun doute est un moment fort du Tattoo. Espérons qu’ils seront de retour l’été prochain!

The United States Navy Ceremonial Guard Drill Team, de Washington D.C a coupé le souffle des spectateurs avec leurs prestations de jonglages d’arme avec baïonnette au canon. Tout mouvement était compté à la seconde près. Incroyable comment personne n’a été blessé… c’était surréaliste!

Tout de suite après l’entracte, c’était le tour du Chili qui s’est démarqué avec leur rythme, qui donnait l’impression d’être dans le sud!

L’Autriche en est à sa première participation au Tattoo militaire de Québec et a réussi à gagner le cœur des gens durant leur présentation. La Musique de la Force aérienne de Munster (Allemagne) était à sa deuxième participation au Tattoo et c’était encore une fois très réussi. C’était ensuite la France qui nous faisait rêver avec des succès français. Lorsqu’ils ont eu fini leur prestation, le Colisée est devenu noir et on voyait la forme de la tour Eiffel avec quelques lumières que les militaires français avaient dans leurs mains. C’était bien pensé! La grande finale et les marches internationales sont venues clore ce spectacle magique.

L’effet d’écran avec le sol que l’on a produit pour présenter les différents pays et formations est une excellente initiative qui en a surpris plusieurs. Lors de la présentation des différents pays, on retrouvait un écran qui recouvrait tout le sol au milieu du Colisée avec une représentation du pays. Par exemple, la tour Eiffel pour la France, la Statue de la Liberté pour les États-Unis et le Château Frontenac pour le Canada.

Malgré la bonne nouvelle qui nous était parvenue la semaine dernière où les responsables avaient affirmé que le Tattoo allait profiter cette année d’un nouveau système de refroidissement au Colisée, les gens se sont servi de leur programme que l’on remettait à l’entrée comme ventilateur tellement la chaleur était accablante. Peut-être penser, pour le nouveau stade, à faire un toit ouvert. Nous pourrions alors avoir des Tattoo militaires sous les étoiles!

Il est important de souligner que le premier Tattoo militaire de Québec était en 1967, pour célébrer le 100e anniversaire de la Confédération canadienne et avait été organisé par l’Armée canadienne. D’expression hollandaise, Tattoo signifie « Taptoe » ou « Tap-shut » qui veut dire couvre-feu dans les auberges, le moment où les sentinelles militaires sillonnaient les quartiers de la ville pour annoncer le retour des militaires à leur base. C’est alors en sillonnant le quartier que les batteurs de tambours laissaient savoir aux soldats qu’il était temps de rentrer.

Saviez-vous que la ville de Québec a également connu cette période ? Les soldats parcouraient la ville pour effectivement rapporter aux militaires l’ordre et annoncer aux habitants qu’ils allaient fermer les portes de la ville pour la nuit. Encore aujourd’hui, durant l’été cette tradition persiste, avec un canon qui est tiré à la Citadelle à 21 h.

La veille, le lieutenant-général Peter Devlin, chef d’État-major de l’Armée de terre canadienne tweetera le 24 août en soirée: « What a remarkable performance by the Voltigeur Band and Guard at #FIMMQ. Great way to mark their 150th anniversary! ». À n’en pas douter, un excellent Tatoo militaire qui aura bien du mal à être surpassé l’an prochain. À moins que…

Fille de deux parents militaires, Raymonde Thériault grandit sur différentes bases militaires. À l’université, elle est directrice du journal étudiant. En novembre 2010, elle est déployée avec la Roto 10 en Afghanistan.

Les commentaires sont fermés.