Attentats en Afghanistan: « Il faut que ça change! »

0

« Nous sommes tous saisis par le problème des attaques de l’intérieur », a déclaré le 16 septembre le général Martin E. Dempsey chef d’État-Major interarmées américain « Vous ne pouvez simplement étouffer ou ignorer l’affaire. Nous ne pouvons pas nous convaincre que nous avons juste à travailler plus fort pour passer au travers. Quelque chose doit changer. »

Le général Dempsey a fait cette déclaration le 16 septembre à bord de l’avion C-40 le menant de Sibiu, Roumanie – où le Comité militaire de l’OTAN  s’est réuni – à Ankara, Turquie.

Les responsables de l’OTAN ont discuté à cette réunion de ces attaques internes – où les forces de sécurité afghanes, ou des personnes déguisées soldats ou policiers afghans, font feu sur les troupes de la coalition, au moment où un membre de la police locale afghane tuait deux soldats britanniques.

Les commandants en Afghanistan font tout ce qu’ils peuvent pour réduire le problème – vérifier ou revérifier les antécédents des soldats, policiers et recrues afghanes, la mise sur pied d’un programme « d’ange gardien » ange gardien ou veiller à ce que les membres du personnel de la coalition aient un compor5tement approprié.

« Mais nous devons nous assurer que nos homologues afghans sont aussi saisis de ce sujet que nous le sommes », a déclaré Dempsey. « Nous devons parvenir à surmonter ce problème. Il s’agit d’une très grave menace pour la campagne ».

Réunion du Comité militaire de l’OTAN

Par ailleurs, les chefs de la défense de l’OTAN on eut une « bonne discussion » sur L’ensemble des évènements en Afghanistan.

Cette réunion était la première pour les chefs de la défense depuis le Sommet de Chicago, où les chefs d’État de l’alliance avaient approuvé le Plan stratégique de l’OTAN pour l’Afghanistan. Le plan prévoit que la Coalition restera engagée dans le pays au-delà de décembre 2014, alors que se terminera la mission de la Force internationale de sécurité.

Le commandant de la FIAS, le général américain des Marines John R. Allen, a informé les responsables de l’OTAN par vidéotéléconférence sur la campagne, et son opinion sur la  présence durable des pays de la Coalition après la mission et la vitesse à laquelle les forces de l’OTAN vont diminuer ».

Le but de cette réunion était de valider la voie à suivre. Chaque nation passera en revue ses engagements, et les dirigeants politiques auront à déterminer la meilleure façon d’aller de l’avant. À ce propos, le général Dempsey a déclaré : « Je m’attends à ce que nous commencions à la fin de l’année à avoir une idée de ce que notre présence [en Afghanistan]sera au-delà de 2014 ».

Déclaration du chef d’État-Major du Canada à la réunion

Le général Walt Natynczyk, chef d’état-major de la Défense, présent à la conférence du Comité militaire de l’OTAN tenue à Sibiu avec les vingt-huit chefs de Défense de l’organisation, a déclaré pour sa part : « Cette réunion du Comité militaire a été productive et précieuse à la suite des discussions menées à Chicago. Ici, à Sibiu en Roumanie, il nous a été possible d’échanger nos perspectives au sujet de notre mission en Afghanistan, de revoir la situation actuelle dans la région de la Méditerranée et de discuter les initiatives de transformation de l’OTAN.»

Le général Natynczyk, qui part à la retraite cette année, a jouté: «J’en ai également profité pour dire au revoir à mes homologues de l’OTAN, ainsi que pour réfléchir sur le travail remarquable que nous avons effectué au cours des cinq dernières années. Je suis certain que le lieutenant-général Tom Lawson poursuivra la tradition du Canada d’être respecté au sein du Comité militaire lorsqu’il sera nommé chef d’état‑major de la Défense. »

À lire aussi:

L’entrevue (en anglais) de Dempsey sur l’American Forces Press Service >>

 Nos alliés afghans: attaques de « soldats déguisés » en hausse >>

Vendredi sanglant au Camp Bastion en Afghanistan: deux Marines tués >>

La coalition arrête la formation de recrues afghanes pour revérifier leurs antécédents >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.