Des dauphins dans les Forces canadiennes ?

0

Lors d’un exercice au large de la Colombie-Britannique, les Forces canadiennes ont eu l’occasion de s’entraîner à la détection de mines avec… des dauphins.

Obtenue par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, une note pour le commandant de la Marine royale canadienne indique que lors de l’exercice Trident Fury du 2 au 13 mai 2011, la marine américaine a amené quatre grands dauphins et une petite équipe de soutien à Esquimalt (Colombie-Britannique).

La note, datée d’avril 2011, précise que « le Canada n’a pas de programme similaire pour la conduite de la lutte contre les mines et n’a aucune intention d’en élaborer un ».

Selon Ed Budzyna, un porte-parole du Navy Space and Naval Warfare Systems Center, la marine américaine a fait appel à toute une ménagerie d’animaux depuis la création du programme US Navy marine mammal program dans les années 1960: requins, raies, orques, baleines pilotes et phoques.

Parmi les 100 animaux actuellement dans le programme basé à San Diego (Californie), seuls les lions de mer et les dauphins sont « opérationnels », ce qui signifie prêts à être déployés dans une situation de combat.

Le sonar naturel d’un dauphin reste encore bien supérieur à tout dispositif utilisé par l’armée. Ces mammifères marins sont en effet capables d’envoyer des ondes sonores et de « lire » dans les échos qui rebondissent. 

Quant aux lions de mer, ils ont une excellente vision nocturne et sont capables de dire de quelle direction proviennent des sons sous-marins. 

Les États-Unis ont utilisé des dauphins lors de l’invasion d’Irak en 2003, et prévoiraient de faire la même chose si l’Iran met sa menace –  de miner le détroit d’Ormuz – a exécution.

Si le Canada n’a pas l’intention de rajouter des dauphins à son arsenal de lutte contre les mines, le pays continuera de s’entraîner avec les américains et leurs dauphins. « Il s’agit du moyen principal par lequel l’US Navy effectuera de telles opérations. Il est probable que toute opération de lutte contre les mines dans nos approches du Pacifique impliquera une structure de défense combinée et il est donc essentiel que nous pratiquons ces procédures », est-il écrit dans cette note, ajoutant aussi que même si une mauvaise presse devait en découler (du fait de l’utilisation d’animaux), les risques en valent la peine.

La vice-présidente de l’association de protection des animaux PETA, Kathy Guillermo, pense que « si la situation est trop dangereuse pour un être-humain, elle l’est aussi pour un animal. Les dauphins sont très intelligents et sensibles, mais ils ne font pas la guerre, et je ne pense pas qu’ils devraient être utilisés dans nos guerres. »

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.