Le major Lunney reçoit sa sentence pour la mort d’un de ses soldats

0
La Justice décidera du sort du major Lunney (Photo: Openphoto)

MàJ du 13/09/2012 à 21h:

Communiqué de la Défense nationale

Le capitaine de frégate Peter Lamont, juge militaire des Forces canadiennes, a condamné le major Christopher Lunney à une rétrogradation au grade de capitaine et à un blâme relativement à la mort du caporal Joshua Baker et aux blessures infligées à quatre autres soldats. 

L’incident s’est produit sur un champ de tir en Afghanistan, en février 2010. A l’époque, le major Lunney était le commandant de la compagnie de stabilisation A, une sous-unité de l’Equipe provinciale de reconstruction de Kandahar. 

Le procès du major Lunney devant la cour martiale s’est amorcé le 13 septembre 2012, à Gatineau (Québec). Devant la cour, le major Lunney a plaidé coupable à l’accusation d’exécution négligente d’une tâche ou mission militaire. Deux autres chefs d’accusation d’exécution négligente d’une tâche ou mission militaire et deux chefs d’accusation de manquement à une obligation relative aux explosifs ont été retirés. 

——– Fin de la mise à jour ——–

C’est aujourd’hui que s’est ouvert, à Gatineau (Québec), le procès du major Christopher Lunney devant la cour martiale générale, suite à l’explosion d’une mine Claymore ayant causé le décès du caporal Joshua Baker et infligé des blessures à quatre autres soldats sur un champ de tir en Afghanistan, en février 2010.

C’est en larmes que l’officier a plaidé coupable d’exécution négligente de sa tâche au cours de l’incident de 2010.

Quatre autres charges ont été abandonnées par un procureur militaire.

Lors de l’incident, le major Lunney était, le commandant de la compagnie de stabilisation A, une sous-unité de l’Equipe provinciale de reconstruction de Kandahar. Le 11 janvier dernier, le Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC) l’a formellement mis en accusation de:

  • trois chefs d’exécution négligente d’une tâche ou mission militaire, en contravention à l’article 124 de la Loi sur la défense nationale;
  • deux chefs de manquement à une obligation, en contravention à l’article 130 de la Loi sur la défense nationale et conformément à l’article 80 du Code criminel.

Au cours de l’enquête mené par le SNEFC, il est apparu « que les procédures de sécurité ont été transgressées lors de la planification et de l’exécution des activités au champ de tir le 12 février 2010 ».

Un communiqué de la Défense précise qu’en juin 2011, « le SNEFC a porté contre le major (capitaine à l’époque) Darryl Watts et l’adjudant (à la retraite) Paul Ravensdale, deux subordonnés du major Lunney, six chefs d’accusation et cinq autres accusations sous forme alternative, l’homicide involontaire coupable constituant l’infraction la plus grave. En février 2012, le Directeur – Poursuites militaires a porté des accusations contre chaque militaire, mais leurs cours martiales n’ont pas encore été convoquées. »

Considérant ce que le procureur militaire a décrit comme l’honneur et l’intégrité démontrés par le major Lunney dans la foulée de l’incident, la défense et la poursuite ont proposé que le major soit condamné à une réprimande sévère, ainsi qu’une rétrogradation au rang de capitaine.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.