EXCLUSIF | Les Canadiens souhaitent que l’armée se concentre sur son rôle au pays

1
Au Canada ou ailleurs dans le monde? Les Canadiens préfèrent voir leurs militaires à la maison (Photo: Opération Lotus, 2011 et Opération Athéna, 2011, MDN)

Pour la première fois depuis 2008, les Canadiens sont plus nombreux à estimer que les forces militaires devraient concentrer leurs efforts sur la scène nationale (au Canada).

Perceptions à l’égard des rôles des Forces canadiennes en territoire canadien

Ainsi, c’est en plus forte proportion que les Canadiens sont d’avis que les Forces canadiennes devraient concentrer leurs efforts sur le territoire canadien (42 %), plutôt que sur la scène internationale (37 %) ou sur le continent nord-américain (17 %).
En 2008, ils étaient respectivement 37, 50 et 12 %.

Dans le détail, ce sont les résidents du Québec qui ont le plus fait cette remarque. C’est dans une proportion de 57 % contre 40 % pour les autres provinces que les sondés estiment qu’un rôle au pays serait plus important.

Il ressort de l’étude que les rôles que jouent les forces militaires canadiennes au pays sont peu connus. Le rôle le plus connu a pour objet les interventions lors de catastrophes naturelles (36 %). Sans doute les inondations au Manitoba et au Québec de 2011, ainsi que les différents feux qui ont eu lieu, auront mis davantage en avant ce rôle durant l’année passée.

Les patrouilles aux frontières et la défense de la souveraineté arrive en deuxième position avec 22 %. En revanche, le quart des Canadiens sondés (24 %) sont incapables de citer le moindre rôle que joue les Forces canadiennes au pays.

« […] on peut imaginer que si les rôles des Forces sur la scène nationale étaient mieux compris, ils seraient encore plus fortement soutenus ou accueillis. », est-il écrit dans le rapport.

En tête de liste sur le plan de l’importance attribuer à divers rôles que jouent les Forces canadiennes au Canada, les interventions lors de catastrophes naturelles sont tenues pour importantes par 94 % des répondants. Suivent de près les opérations de recherche et sauvetage (89 %) et la protection contre les menaces terroristes (80 %). Ce sont les patrouilles dans l’Arctique que les personnes interrogées tiennent pour le moins importantes. En effet, c’est dans une proportion de 58 % seulement que les répondants indiquent que ces patrouilles sont au moins plutôt importantes.

Dans un courriel, une porte-parole du Ministère de la Défense indique que « la défense du Canada est le rôle primaire des FC, ce qui est réflété dans l’opinion actuelle des Canadiens. De plus, le mandat de la Stratégie de défense Le Canada d’abord demeure un focus sur la participation des FC dans des missions qui assurent la sécurité continue des Canadiens au pays. »

Perceptions à l’égard des rôles des Forces canadiennes sur la scène internationale

En ce qui concerne les activités des Forces canadiennes à l’étranger, les Canadiens semblent clairement partagés pour ce qui concerne la question de savoir si un rôle de maintien ou de rétablissement de la paix serait plus opportun pour les Forces canadiennes.

En effet, ils sont exactement 50% à soutenir un rôle international qui comprend des combats, tandis qu’ils sont 46 % a préférer un rôle de maintien de la paix, comme la surveillance d’un cessez-le-feu entre deux parties à un conflit.

Depuis l’existence de cette enquête annuelle en 2008, les avis ont toujours été partagés à ce sujet, variant de 44 à 52 %. Il existe toutefois des différences régionales: ce sont les résidents de l’Alberta qui sont le plus susceptibles de vouloir un rôle qui comprend des combats (64 %), alors qu’à l’opposé, 58 % des Québécois préfèrent un rôle de surveillance et d’observation.

Si 61 % des Canadiens se souviennent d’avoir vu, lu ou entendu quelque chose au sujet des opérations actuellement menées par les Forces canadiennes en Afghanistan., ces résultats montrent un important fléchissement au fil du temps. En effet, en 2008, c’était 88 % des Canadiens qui étaient en mesure de se souvenir d’une couverture médiatique au sujet des opérations des Forces canadiennes en Afghanistan.

En ce qui concerne la mission des FC en Afghanistan, 74 % des répondants sont au courant que le rôle du Canada a changé: le Canada s’est retiré des combats et participe maintenant à l’entraînement des troupes afghanes. Le taux était de 66 % en 2011, alors que ce changement de rôle était en train de se faire.

Dans une proportion s’élevant à près de quatre pour cinq (78 %), les répondants appuient la mission de formation du Canada en Afghanistan, dont 34 % qui l’appuient fortement.

Le ministère nous a déclaré que ces résultats constituaient une importante source d’information qui aide à la prise de décisions et sert de base aux activités de communications du Ministère de la Défense Nationale et des Forces canadiennes.

L’enquête téléphonique s’est déroulée du 16 février au 2 mars 2012. 1 520 résidents canadiens de 18 ans ou plus, sélectionnés par composition aléatoire (CA) ciblant des numéros de téléphone du service conventionnel et des numéros de téléphone cellulaire ont répondus aux questions.

Compte tenu de la taille d’échantillon, les résultats globaux peuvent être considérés comme exacts dans une marge de +/- 2,5 %, 19 fois sur 20. Les marges d’erreur liées aux sous-groupes de cette population sont toutefois plus élevées.

Lundi 10 septembre sur 45eNord.ca, suite de l’enquête avec un volet sur le retour des militaires au pays après un déploiement.

À lire aussi:

Forces canadiennes et médias sociaux: « Je t’aime, moi non plus »? >>

La guerre de 1812 méconnue des Canadiens, malgré les investissements du gouvernement Harper >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

DiscussionUn commentaire

  1. Oui la priorité est à leurs citoyens et non ceux d’autres pays. On paye des impôts, ils ont à intervenir ici.
    Faudrait redéfinir rôle de l’armée.