Omar Khadr, de retour au Canada, atterrit à Trenton

0
La prison américaine de Guantanamo, sur l'île de Cuba (Photo: Zesham)
La prison américaine de Guantanamo, sur l’île de Cuba (Photo: Zesham)

« Tôt ce matin,  le terroriste condamné Omar Khadr a été transféré aux autorités canadiennes à la BFC Trenton, » a déclaré le  ministre de Sécurité publique Vic Toews dans un communiqué le matin du 29 septembre..

Après des années de détention dans la base navale américaine de Guantanamo Bay, à Cuba, Omar Khadr est donc revenu au Canada pour y purger le reste de sa peine dans un établissement à sécurité maximale dans l’Est de l’Ontario.

Khadr a atterri samedi matin le 29 septembre à la BFC Trenton, d’où il a été transféré, les fers aux pieds,à l’établissement de Millhaven, une prison à sécurité maximale à Bath, en Ontario.

« Omar Khadr est un partisan connu du réseau terroriste Al-Qaïda et un terroriste condamné. Il a plaidé coupable du meurtre du sergent de première classe Christopher Speer, un infirmier de l’armée américaine mortellement blessé dans une fusillade en Afghanistan le 27 juillet 2002 et décédé le mois suivant.», a ajouté le ministre Toews.

Mais le ministre canadien de la Sécurité publique a également noté qu’Omar  Khadr est un citoyen canadien et, par conséquent, a le droit d’entrer dans le pays après la fin de sa peine.

Le reste de sa peine d’Omar Khadr sera donc administré par le Service correctionnel du Canada.

Rappel des faits

En 2010, Omar Khadr a plaidé coupable à cinq chefs d’accusation de crimes de guerre, y compris l’assassinat du sergent américain Christopher Speer.

Khadr a plaidé coupable d’avoir lancé la grenade lors qui a tué Speer et des bombes en bordure de route et a reconnu avoir reçu un entraînement du réseau terroriste d’Al-Qaida. En échange de son plaidoyer de culpabilité,, il a reçu une peine de huit ans et il était admissible à revenir au Canada pour y purger le reste de sa peine au bout d’un an.

Khadr, né à Scarborough en Ontario et âgé de 26 ans aujourd’hui, n’avait que 15 ans en 2002 quand il a été capturé en Afghanistan par les forces américaines, à la suite d’un long échange de tirs avec les forces américaines. Il a été retrouvé dans les décombres d’un bâtiment bombardé, grièvement blessé et presque aveugle.

Il a été alors transféré à Guantanamo Bay quelques mois plus tard, où il est resté en détention, depuis.

Khadr a demandé à revenir revenir au Canada en avril 2011, mais, depuis lors, le gouvernement canadien a été accusé de se traîner les pieds dans cette affaire.

Qu’est-ce qui attend Khadr maintenant?

La sentence de M. Khadr a débuté le 31 octobre 2010 et prendra fin le 30 octobre 2018. Le reste de sa peine en prison sera donc maintenant géré par Service correctionnel du Canada.

Dans le communiqué publié le matin de l’arrivée de Khadr, samedi le 29 septembre, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, souligne  qu’il est « certain que Service Correctionnel Canada soit en mesure de gérer la peine de Omar Khadr de façon à reconnaître la nature sérieuse des crimes qu’il a commis tout en s’assurant que la sécurité des Canadiens soit protégée lors de son incarcération.»

Toutes décisions reliées à son avenir seront donc déterminées de manière indépendante par la Commission des libérations conditionnelles du Canada conformément à la loi canadienne. Toutefois, dans un autre communiqué publié la veille et faisant part de sa décision de rapatrier Khadr, le ministre précisait qu’il s’attendait les enjeux suivants soient pris en considération :

  • M. Khadr idéalise son père, Ahmed Sa’id Khadr, et semble refuser la longue histoire d’actions terroristes et son association avec Al-Qaïda.
  • La mère et les sœurs de M. Khadr l’ont ouvertement félicité pour ses crimes et ses activités terroristes.
  • M. Khadr a très peu vécu dans la société canadienne, et par conséquent, il faudra beaucoup de temps afin d’assurer sa réintégration sécuritaire au Canada.
  • M. Khadr a participé à des entraînements terroristes, des opérations militaires et des réunions impliquant les dirigeants d’Al-Qaïda.
  • Les expériences de M. Khadr en Afghanistan, au Pakistan et à Guantanamo Bay et à quel niveau ses expériences l’ont radicalisé.

Omar Ahmed Khadr n’est donc pas encore sorti de l’auberge!

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.