Patrouilles conjointes OTAN-forces afghanes, pas finies, mais très réduites

0
La 82e division aéroportée américaine en patrouille avec les forces afghanes (Photo:US Army)
La 82e division aéroportée américaine en patrouille avec les forces afghanes (Photo:US Army)

Deux semaines après que l’US Special Operations Command ait suspendu de tels partenariats avec la police locale afghane, les patrouilles conjointes des forces de l’OTAN avec les soldats afghans, seront à leur tour considérablement réduites, ce qui ne manquera pas de perturber le processus de transition visant à transférer aux Afghans la responsabilité du maintien de la sécurité.

Après des mois à tergiverser, prenant parfois au sérieux les « attaques de l’intérieur » de soldats afghans contre leurs homologues de la Coalition, les banalisant parfois et les considérant simplement comme la conséquence de l’incompréhension et des différences culturelles entre eux, le couperet est donc tombé.

« Des mesures temporaires visant à réduire notre profil et la vulnérabilité aux troubles civils ou à des attaques d’initiés ont été prises. » FIAS

La décision, prise par le numéro deux de la Force internationale, le général d’Armée américain James Terry, signifie qu’à compter de maintenant, les patrouilles des soldats de la Coalition en partenariat avec soldats et policiers afghans en patrouille ne sont plus la règle, mais l’exception.

Se défendant bien de cesser toute coopération avec les Afghans, la FIAS admet cependant qu’en réponse à des niveaux de menace élevés résultant, entre autres, de la sortie du film « L’Innocence des musulmans »,  la FIAS a choisi la prudence: « Des mesures temporaires visant à réduire notre profil et la vulnérabilité aux troubles civils ou à des attaques d’initiés ont été prises », dit un communiqué de la FIAS en date du 18 septembre. « Cela signifie que dans, certains cas locaux, le rythme opérationnel a été réduit, ou la protection des forces a été augmentée. Ces actions visent à compenser la tension causée par la récente vidéo, à protéger les soldats de la Coalition, tout en maintenant l’élan de la campagne. »

Cette décision arrive après un week-end sombre au cours duquel six soldats alliés ont été tués par les forces de sécurité afghanes, portant le total de soldats alliés tués dans ces attaques de l’intérieur cette année à 51, contre 35 pour l’ensemble de 2011.

Au Canada, le ministre de la Défense Peter MacKay a lancé «Nous ne sommes pas naïfs. Nous ne pouvons éliminer tous les risques. C’est une région du monde à haut niveau de volatilité».

Il a de plus précisé que le Canada n’est pas une nation participante aux opérations conjointes et que les militaires canadiens sont basés à l’intérieur et autour de la capitale, Kaboul, ce qui serait un avantage afin d’assurer leur sécurité.

À lire aussi:

Attentats en Afghanistan: « Il faut que ça change! » >>

Nos alliés afghans: attaques de « soldats déguisés » en hausse >>

La coalition arrête la formation de recrues afghanes pour revérifier leurs antécédents >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.