Un nouveau commandant des forces de l’OTAN en Afghanistan

0
Des soldats de la Coalition dans le district de Panjwai, dans le sud de l’Afghanistan, le 22 septembre 2012 (Photo:  sergent Matt Young, US Army)
Des soldats de la Coalition dans le district de Panjwai, dans le sud de l’Afghanistan, le 22 septembre 2012 (Photo: sergent Matt Young, US Army)

Alors qu’au Canada, les militaires de la Force opérationnelle 4-12 s’apprêtent à se déployer en Afghanistan, une cérémonie de fin d’entraînement à laquelle assistait 45enord.ca et de prédéploiement s’étant d’ailleurs déroulée sur la base de Valcartier, vendredi soir, en Afghanistan, les Forces de la Coalition se préparent à accueillir bientôt un nouveau commandant.

Le général des Marinesl Joseph F. Dunford Jr. Remplacera en effet bientôt le général John Allen, qui a dirigé les forces de l’OTAN en Afghanistan depuis la moitié de l’année 2011. Allen deviendra, lui, le commandant suprême des forces alliées en Europe.

Le général Dunford deviendra donc responsable de l’effort de guerre en début d’année prochaine alors que nos soldats canadiens seront toujours en Afghanistan en mission de formation et alors que les États-Unis et les autres membres de la Coalition tentent de réduire leur rôle dans ce conflit.

Avec ce départ prévu en janvier, le général Allen n’aura été à la tête des forces de l’OTAN en Afghanistan qu’un an et demi, une durée relativement courte pour ce poste. Dunford, quant à lui, n’a jamais servi en Afghanistan.

Le général Allen, réputé généralement peu loquace,  a fait part de sa frustration au sujet des attaques mortelles d’initiés par des soldats et policiers afghans qui ont tué 51 soldats américains et de la coalition cette année.

« Ça me rend dingue, pour être honnête avec vous », a-t-il dit, dans une interview à l’émission « 60 Minutes » sur le réseau CBS qui doit être diffusée le  dimanche 30 septembre, en parlant de cette question des attaques d’initiées. « Elle résonne (cette question des attaques) partout à travers les États-Unis. Vous savez, nous sommes prêts à sacrifier beaucoup pour cette campagne, mais nous ne sommes pas prêts à être assassinés pour cela. »

Allen avait admis plus tôt dans une interview réalisée et diffusée par le Pentagone que la hausse des massacres par des initiés a créé de la « méfiance » et aggravé les inquiétudes parmi les alliés de l’OTAN concernant le maintien de leurs troupes en Afghanistan jusqu’en 2014.

« Ils n’ont pas envoyé leurs troupes pour être tués. »,  a dit le général Allen, ajoutant que ces attaques de l’intérieur pourraient « nous amener à changer la façon dont l’armée américaine et ses alliés forment et conseillent l’armée afghane et la police. On se rappelle qu’Allen avait suspendu temporairement les opérations conjointes avec les forces afghanes qui ont repris depuis.

Il semble que nos soldats canadiens restent toutefois optimistes. Après leur entraînement et un repos bien mérité, c’est avec enthousiasme qu’ils s’envoleront pour l’Afghanistan,  si  on en croit le reportage de notre collègue Nicolas Laffont :« Après plusieurs mois d’entrainement, nos troupes sont prêtes et enthousiastes de débuter le déploiement et enfin commencer à accomplir leur mission sur le terrain », a déclaré à ce sujet le colonel Roch Pelletier, commandant de la Force opérationnelle 4-12.

Plus sensibles aux différences culturelles, le comportement des soldats canadiens susciterait moins l’ire des Afghans et les troupes canadiennes n’ont jusqu’à maintenant pas été victimes d’attaques d’initiés. En outre, les Canadiens sont là uniquement en mission de formation et ne sont pas appelés, comme d’autres membres de la coalition, à faire des patrouilles conjointes avec des soldats ou des policiers afghans.

À lire aussi:

Les militaires de la FO 4-12 prêts à partir en Afghanistan (PHOTOS/VIDÉO) >>

Opérations conjointes afghanes et forces de l’OTAN, c’est reparti! >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.