Afghanistan: attaque d’initiés, encore deux Britanniques tués le 30 octobre

0
Des militaires Afghans en octobre 2012 à la Joint Sustainment Academy Southwest (Photo: caporal Timothy Lenzo, Regional Command Southwest)
Des militaires Afghans en octobre 2012 à la Joint Sustainment Academy Southwest (Photo: caporal Timothy Lenzo, Regional Command Southwest)

Un homme vêtu d’un uniforme de la police afghane a tué deux soldats britanniques lors d’un contrôle dans le sud de l’Afghanistan, mardi.

Le communiqué de l’ISAF, la Force internationale de l’OTAN,  indique que l’agresseur était vêtu d’un uniforme de la police, laissant ainsi ouverte la possibilité que l’agresseur puisse être un militant se faisant passer pour un policier.

Le communiqué de l’ISAF ne donne pas de détails sur l’évènement, qui, comme d’habitude, fait l’objet d’une enquête, et laisse le soin aux autorités nationales compétentes de révéler l,identité des victimes.

«La perte de ces soldats est un coup dur », le major Laurence Roche, un porte-parole des troupes britanniques dans la province de Helmand, a déclaré dans un communiqué.

Dans ce cas ci, le ministère de la Défense britannique a précisé que les deux soldats tués appartenaient au 1er Bataillon du Royal Rifles Gurkha. L’attaque, ont dit les Britanniques, s’est produite à un poste de contrôle dans le district de la province de Helmand, à Nahri Sarraj.

Au moins 53 soldats de la Force internationale ont été tués dans des attaques par des recrues, des soldats ou des policiers afghans cette année. En plus de saper le soutien public à cette guerre qui en est aujourd’hui à sa 11e année, ces attaques où les Afghans retournent leurs armes contre leurs homologues occidentaux, jette le doute sur la capacité des forces de sécurité afghanes à prendre le relais des troupes internationales lors du  transfert de la responsabilité de la sécurité aux Afghans en 2014.

À lire aussi:

Les attaques d’initiés en Afghanistan, ce n’est pas fini >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.