Afghanistan-Pakistan: un diplomate américain ravive une vieille querelle de frontière

0

 

Les Forces pakistanaises menant une opération contre les talibans dans la vallée de Swat, dans le Nord-Ouest du pays (Photo: Al Jazzera))
Les Forces pakistanaises menant une opération contre les talibans dans la vallée de Swat, dans le Nord-Ouest du pays (Photo: Al Jazzera))

 

Où s’arrête l’Afghanistan et où commence le Pakistan? L’ambassadeur Marc Grossman, représentant spécial américain pour l’Afghanistan et le Pakistan, a ravivé une vieille querelle sur le tracé de la frontière qui sépare l’Afghanistan et le Pakistan la semaine dernière, lorsqu’un journaliste de la télévision afghane lui a demandé si les États-Unis reconnaissent que «les terres au-delà de cette frontière sont les terres de l’Afghanistan.»

Même si la position de M. Grossman,  qui a dit que «la frontière actuelle est la frontière internationale», est la position américaine depuis des décennies, les réactions ont été vives du côté afghan.

Le ministère des Affaires étrangères, a qualifié la position de Washington « d’impertinente». «La question de la ligne Durand (le tracé de la frontière) est une question d’une importance historique pour le peuple afghan», a-t-il dit dans une déclaration. Le porte-parole du président Hamid Karzaï, Aimal Faizi, a lui aussi exprimé son désaccord dans un message marquant l’Aïd al-Adha, la fête musulmane qui a commencé le vendredi 26 octobre. «Dieu tout-puissant, apportez la paix, la sécurité et l’unité de l’Afghanistan, en particulier des deux côtés de la ligne Durand».

La ligne Durand

Le reste du monde, croit que l’Afghanistan s’arrête et le Pakistan commence, là où une ligne de 1 600 «miles» (2 574 km) a été dessinée sur la carte du monde en 1893, sous la direction d’un officier colonial britannique nommé Henry Mortimer Durand, qui a voulu définir le bord extérieur de ce qui était alors les Indes britanniques. Jusqu’à la fin de la domination britannique en Inde, les Afghans ont accepté à contrecoeur cette carte, en dépit du fait que la ligne Durand couper droit à travers les zones tribales pachtounes et même des villages que les Afghans considéraient comme une partie de l’Afghanistan.

Mais, quand les Britanniques ont quitté l’Inde en 1947 et que la partie nord-ouest du territoire est devenue le nouvel état du Pakistan, les Afghans cessé de reconnaître la ligne Durand comme frontière. L’Afghanistan a affirmé que le Pakistan était un nouvel État, pas un successeur de l’Inde britannique, et que tous les traités sur les frontières antérieures avaient donc expiré.

À Kaboul, la capitale afghane, une Loya Jirga (une assemblée convoquée afin de prendre les grandes décisions concernant le peuple afghan à Kaboul) a nié que la ligne Durand était une frontière internationale et a appelé à l’autodétermination des territoires tribaux comme le Pachtounistan. Des escarmouches à travers la Ligne Durand ont alors commencé avec le soutien secret des deux gouvernements.

De plus, le fait que la ligne Durand traverse les terres pachtounes traditionnelles explique que les combattants talibans de l’Afghanistan se fondent si facilement dans la population locale du côté pakistanais de la frontière .

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.