L’Asie, Chine en tête, a doublé ses dépenses militaires

0
Les budgets militaires asiatiques flambent (Photo: FreeFr)
Les budgets militaires asiatiques flambent (Photo: FreeFr)

Pendant que se réduisent les budgets et les effectifs militaires de  l’Europe et de l’Amérique, les grandes puissances de l’Asie ont doublé les dépenses militaires dans la dernière décennie, stimulées par l’explosion des dépenses militaires de la Chine.

C’est ce que démontre une nouvelle étude du CSIS, le Centre d’études stratégiques et internationales, un prestigieux groupe indépendant d’étude et de réflexion sur les questions de stratégie et défense de Washington.

Ce rapport de 64 pages analyse les budgets de la défense des cinq pays d’Asie qui ont les budgets militaires les plus importants de la région: la Chine, l’Inde, le Japon, la  Corée du Sud et Taiwan. Contrairement aux puissances occidentales, les dépenses de défense dans ces cinq pays ont été à la hausse depuis plus d’une décennie. Pour chaque pays, le rapport examine les dépenses de défense globale pour les années 2000 à 2011 ainsi que les dépenses d’acquisition, personnel, opérations et maintenance (O & M) et la recherche et développement (R & D).

Les grandes lignes du rapport

  • Alors que le nombre de soldats est resté constant, les dépenses globales annuelles sont passées à 224 milliards de dollars en 2011. Les dépenses se sont particulièrement accéléréee dans la seconde moitié de la décennie.
  • La Chine, le Japon, l’Inde, la Corée du Sud et Taiwan, représentent environ 87 pour cent des dépenses de défense de l’Asie.
  • La part de la Chine dans le  total des dépenses a augmenté d’environ 20 pour cent en 2000 à 40 pour cent en 2011, au minimum.
  • Depuis 2005, la Chine a éclipsé le Japon, allié américain, en matière de dépenses militaires: en 2011, la Chine menait le bal avec des dépenses militaires officielles de 89,9 milliards de dollars US, suivie par le Japon avec 58,2 milliards de dollars, et l’Inde, avec 37 milliards de dollars.
  • Et c’est peut-être mieux… ou pire, selon le point de vue : les auteurs du rapport notent que, dans le cas de la Chine, les chiffres officiels sous-estiment probablement la réalité par une marge d’environ 60 pour cent.
  • Seuls les États-Unis dépensent plus pour la défense: environ 670 milliards de dollars cette année, soit plus du double du montant dépensé en 2001.

L’ascension fulgurante de l’économie chinoise et sa montée en  puissance militaire a donc de quoi énerver ses voisins et attirer davantage l’attention des États-Unis, longtemps la force dominante dans la région Asie-Pacifique.

L’analyse du CSIS

«Il ne fait aucun doute que la montée en puissance de la Chine est en partie responsable de la croissance des dépenses de défense dans la région», a déclaré David Berteau, vice-président du CSIS et directeur de son programme sur la sécurité internationale.

M.Berteau a souligné toutefois que la situation n’était pas encore comparable à la course aux armements à laquelle on a assisté pendant la guerre froide. «Les niveaux d’augmentation et de concentration des dépenses ne sont pas comme ceux  nous avons vu dans les années 1950 et 1960, voire les années 1970 et 1980, entre l’Est et l’Ouest», a-t-il dit.

Mais la montée en puissance de la Chine a incité l’administration Obama à consacrer davantage de ressources militaires dans la région Asie -Pacifique.  Le rapport indique que l’accélération des dépenses militaires asiatiques dans la seconde moitié de la dernière décennie pourrait annoncer une augmentation continue importante dans les années à venir. Il a noté aussi que l’Inde, le Japon et la Corée du Sud étaient tous en train de se procurer des avions de chasse haut de gamme.

Guy Ben-Ari, analyste de l’industrie de la défense  au CSIS,  a déclaré pour sa part que, même si  le taux de croissance économique régionale baissait, la situation sécuritaire resterait précaire dans la région Asie-Pacifique et les différends maritimes territoriales pourraient conduire à un plus grand accroissement encore des dépenses de défense.

Les revendications contradictoires sur les îles et les ressources dans les mers d’Asie orientale ont en effet exacerbé les tensions entre la Chine et le Japon, ainsi que plusieurs pays voisins.

 À lire aussi:

Chine et Japon, manifs, rumeurs de guerre et roulements de tambour >>

Qui a peur de la Chine? >>

Asie-Pacifique: avis à la Chine, l’Amérique bâtira encore des alliances >>

Chine-Japon, les jeux de guerre continuent à Senkaku >>

Chine et Japon: la guerre des porte-avions >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.