Soutenu par la Maison Blanche, le programme « Internet dans une valise » marche bien

0

Depuis 2011, la Maison-Blanche participe à l’élaboration d’un « Internet fantôme » pouvant rapidement être déployé dans un pays pratiquant la cyber-censure.

L’an passé, le New York Times révélait – grâce à des documents et des câbles classifiés – que la Maison Blanche travaillait à un projet d’Internet fantôme auquel des dissidents d’un pays en dictature ou ayant une trop grande censure, pourraient se connecter. Cet effort incluait aussi le développement de réseaux de téléphonie.

Ainsi, le département d’État finance notamment à hauteur de 2 millions $US le projet d’une valise pouvant déployer un Internet parallèle.

Cette technologie permet de transporter la valise (avec à l’intérieur des équipements électroniques de petite taille à assembler) discrètement à travers une frontière et de mettre en place rapidement une communication sans fil en lien avec l’Internet mondial.

« Nous construisons une infrastructure séparée avec une technologie pratiquement impossible à couper, à contrôler et à surveiller », explique Sascha Meinrath, le responsable du projet « Internet dans une valise » pour le groupe de recherches indépendant Open Technology Initiative at the New America Foundation.

Depuis son lancement en 2011, l’Internet dans une valise a été déployé tout récemment… en Syrie pour permettre aux rebelles de communiquer entre eux et rester connecter au reste du monde.

Alec Ross, conseiller principal pour l’innovation de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, a déclaré que les États-Unis travaillent sur de 10 à 20 technologies classifiées qui pourraient être utilisés par des opposants confrontés à des restrictions de communication.

Le Département d’État et le Pentagone ont aussi financé à hauteur de 50 millions $US, un projet de création de réseau de téléphonie cellulaire indépendante en Afghanistan en utilisant des tours à l’intérieur des camps militaires.

Cet effort de faire passer la démocratie là où il n’y en a pas ou peu remonte à loin. Vous souvenez-vous de «Voice of America» (La voix de l’Amérique) ? Plus récemment, les États-Unis ont apporté leur soutien au développement de logiciels qui préservent l’anonymat des utilisateurs dans des pays comme la Chine et pour former des citoyens de ces pays afin de faire passer des informations via le réseau internet contrôlé par le gouvernement sans être détecté.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.