La Marine canadienne et la Marine américaine se donnent rendez-vous au large de l’île de Vancouver

0
NCSM Athabascan et Charlottetown durant l’exercice de groupe opérationnel (TGEX) dans l’océan Atlantique, le 14 novembre 2010 (Photo: Cpl Johanie Maheu, Services d’imagerie de la formation, Halifax, © 2010 DND-MDN Canada)

La Semaine de la flotte de San Francisco à peine achevée, le destroyer NCSM Algonquin est en route pour participer à un exercice de groupe opérationnel (TGEX) avec d’autres navires canadiens et américains.

Plus de 1 000 Canadiens et Américains prendront part à TGEX du 9 au 22 octobre au large de la côte ouest de l’île de Vancouver. Cet exercice a pour but de renforcer et d’améliorer l’interopérabilité et l’efficacité opérationnelle des trois éléments des Forces canadiennes avec nos voisins du sud.

Les NCSM Ottawa, Algonquin et Victoria vont retrouver les navires américains Ford, Momsen et Yukon en mer. Se joindront également à l’exercice, un détachement d’hélicoptères CH-124 Sea King du 443e Escadron d’hélicoptères maritimes, et un aéronef de patrouille à long rayon d’action CP-140 Aurora du 407e Escadron de patrouille maritime.

« Canadiens et Américains partagent les mêmes valeurs et intérêts en matière de sécurité et de protection civile en cas d’urgence. En nous exerçant ensemble, on veille à ce que nos forces soient aptes à répondre efficacement en cas de besoin », a dit Peter MacKay, ministre de la Défense nationale.

« Les exercices de groupe opérationnel accroissent la capacité du Canada à travailler au sein d’un groupe multinational et interarmées », a mentionné le vice-amiral Paul Maddison, commandant de la Marine royale canadienne.

Les exercices TGEX sont organisés en fonction des leçons retenues des années précédentes. On y recueille aussi de nouveaux renseignements visant à soutenir les opérations futures. L’objectif du TGEX cette année consiste notamment à acquérir les compétences requises pour les opérations de guerre maritime conventionnelle telles que l’entraînement pour la lutte anti-sous-marine, antiaérienne et antisurface. Un exercice de tir réel aura également lieu.

Les navires participants prennent part au TGEX dans le but de d’accroître la capacité nécessaire pour faire face à différentes situations dangereuses, notamment se défendre contre des menaces de moindre envergure provenant de terre ou contre de petites embarcations. Les NCSM profiteront de l’occasion pour préparer et entraîner leur équipage pour les déploiements à venir.

À lire aussi:

Des navires de la Marine royale canadienne à la Semaine de la Flotte de San Francisco >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.