Marine canadienne: coup d’envoi en novembre du programme de construction navale

0
La construction de nouveaux navires est nécessaire au renouvellement de la Flotte canadienne (Photo: Cpl Johanie Maheu, Formation Imaging Services, Halifax, Nova Scotia)
La construction de nouveaux navires est nécessaire au renouvellement de la Flotte canadienne (Photo: Cpl Johanie Maheu, Formation Imaging Services, Halifax, Nova Scotia)

Une autre étape sera franchie en novembre dans le processus de remplacement de certains navires vieillissants de la Marine royale canadienne. Une journée de l’industrie aura lieu en novembre à Gatineau, au Québec, en face d’Ottawa, pour parler de nouveaux navires.

Il y a un an, le gouvernement avait annoncé que des contrats de construction navale de 35 milliards de dollars étaient attribués à Irving, de Halifax, en Nouvelle-Écosse et Seaspan Marine, de North Vancouver, en Colombie-Britannique. Irving a obtenu un contrat de 25 milliards de dollars pour les navires de guerre et Seaspan un contrat de 8 milliards de dollars pour les navires civils du gouvernement. Il reste des contrats pour 2 milliards de dollars pour des petits bateaux qui n’ont pas encore été attribués.

L’invitation à cette journée de l’industrie s’adresse aux entreprises offrant des services qui vont de la conception des navires à l’intégration de systèmes et le soutien logistique. On rappelle dans l’invitation que c’st bel et bien Irving Shipbuilding Inc, qui construira les navires et tous ceux qui veulent travailler dans le cadre du projet devront travailler avec Irving.

La réunion de novembre devrait permettre aux entreprises quelle pourrait être leur participation au programme de remplacement des navires et Travaux publics Canada présente cette journée comme le coup d’envoi de nos destroyers, qui datent des années des années 70 et de nos frégates qui datent, elles, des années 90.

À lire aussi:

Renouvellement de la Flotte: 1e anniversaire de l’attribution des contrats >>

 

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.