Menaces de coupes de 54 milliards dans le budget du Pentagone

0
Un C-130 Hercules du 107th Airlift Wing américain en mission d’entraînement le 25 septembre 2012 (Photo: sergent-major Ray Lloyd, U.S. Air Force)
Un C-130 Hercules du 107th Airlift Wing américain en mission d’entraînement le 25 septembre 2012 (Photo: sergent-major Ray Lloyd, U.S. Air Force)

Si les hommes et les femmes politiques des États-Unis ne parviennent toujours pas à s’entendre d’ici le 2 janvier 2013 sur une façon de réduire le déficit, le couperet tombera et s’enclenchera alors un processus de ponctions budgétaires automatiques qui affecteront tant le budget de la Défense que les programmes sociaux américains et ne manqueront pas d’avoir des répercussions au Canada, comme chez tous les alliés des États-Unis.

On se rappelle qu’en 2011, devant l’impossibilité pour les républicains et les démocrates de s’entendre sur la réduction du déficit, une loi sur le contrôle budgétaire avait créé un « Super-comité » pour traiter de la réforme fiscale.

Ce « Budget Control Act » tient aussi lieu de budget. Cette loi définit en effet des plafonds discrétionnaires pendant 10 ans, au lieu de la seule année normalement située dans une résolution sur le budget et elle fournit des mécanismes d’application, y compris les ponctions budgétaires tant redoutées.

À défaut d’une entente, s’enclenchera donc bientôt ce processus de qui réduira le financement du Pentagone de 54,7 milliards de dollars de coupes additionnellespour l’exercice 2013, avec pour conséquences la réduction de la disponibilité opérationnelle des unités non déployées, un retard dans les investissements dans de nouveaux équipements et l’affaiblissement des programmes de recherche.

Voici quelles pourraient être les ponctions les plus importantes en matière de défense selon l’« Office of management and budget » de la Maison Blanche.

  • 15,3 milliards de dollars US proviendraient de coupes dans les programmes d’achat du Pentagone
  • 7,48 milliards de dollars proviendraient des programmes de recherche et de développement.
  • Un montant supplémentaire de 26,4 milliards proviendrait de l’ensemble des opérations du Pentagone et des comptes d’entretien qui financent les opérations quotidiennes de l’armée américaine, indique le rapport.

Selon ce rapport, un tableau les réductions affecteraient différentes parties du budget de la Défense américaine.

  • 2,24 milliards de dollars des comptes de la Marine pour l’achat des avions, notamment les fonds utilisés pour financer le début de la production des avions de chasse F-35 de Lockheed Martin Corp et les achats supplémentaires d’avions à rotors basculants V-22 construits par Boeing Co et la division Textron Inc de Bell Helicopter.
  • 2,14 milliards de dollars des comptes de la construction navale de la marine utilisés pour financer les travaux sur un nouveau porte-avions en cours de construction par Huntington Ingalls Industries, ainsi que les fonds pour les sous-marins nucléaires et les destroyers, également construits par Huntington Ingalls et General Dynamics Corp
  •  843 millions de dollars d’achat d’avions pour l’Armée, des coupes qui pourraient frapper quelques gros hélicoptères de 2 fournisseurs, Boeing et Sikorsky Aircraft, filiale de United Technologies Corp
  • 1,25 milliard de dollars provenant d’autres comptes d’approvisionnement de l’armée
  • 2,01 milliards de dollars de coupes sur les achats d’avions par la US Air Force, dont une grande partie devait être utilisée pour l’achat des F-35
  • 2,23 milliards de dollars de ponctions sur l’argent que l’Air force devait dépenser sur les programmes d’armement classés
Parmi les ponctions qui affecteraient les opérations, il y aurait, notamment:
  • 3,27 milliards de dollars proviendraient du programme de santé du Pentagone
  • 4.29 milliards de dollars de coupes proviendraient des opérations de la Marine et de ses comptes d’entretien
  • 6,87 milliards de dollars des comptes d’opérations de l’armée
  • 4,27 milliards de dollars des comptes d’opérations de la Force aérienne
et, finalement,
  • 1,33 milliard de dollars de fonds du Pentagone pour aider l’Afghanistan à développer ses propres forces de sécurité.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.