Une source portable d’énergie de faible poids pour les soldats canadiens

0
Les installations de Rheinmetall Canada à St-Jean sur Richelieu au Québec (Photo: Rheinmetall Canada)
Les installations de Rheinmetall Canada à St-Jean sur Richelieu au Québec (Photo: Rheinmetall Canada)

Rheinmetall Canada Inc, dont les installations principales au Canada  sont situées à à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec, a remporté un contrat pour développer un prototype de  source d’alimentation  pour l’équipement des  soldats canadiens sur le terrain.

Actuellement, les  soldats des Forces canadiennes doivent  porter de 13 à 15 piles pour faire fonctionner leurs appareils portables. Ces batteries peuvent peser jusqu’à 5 kilos et contribuer ainsi à la fatigue des soldats en mission.

En vertu de ce contrat, Rheinmetall Canadda  fera des recherches et développera  un prototype pour une source d’alimentation légère à haut rendement énergétique, sur laquelle  les soldats sur le terrain pourront facilement brancher leurs appareils.

Le travail sera effectué en collaboration avec Recherche et développement Canada (RDDC). Le contrat de 18 mois est d’une valeur de 1,6 million de dollars.

Filiale du groupe allemand Rheinmetall Defence, un des plus grands fournisseurs européens de systèmes et d’équipement pour les forces armées, Rheinmetall  Canada emploie environ 250 employés à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa.

C’est à la société mère en Allemagne qu’on doit «Gladius», le soldat du futur dont 45eNord.ca vous avait parlé en juin dernier. Avec ce  système,  spécialement développé pour la Bundeswehr, l’armée allemande, le soldat reçoit toutes les données pertinentes concernant la situation tactique, la position des forces amies, la mission, et l’état du système. Il comprend un GPS et un système de navigation inertielle ainsi qu’un compas magnétique, ce qui facilite l’orientation fiable sur le terrain.

 À lire aussi:

Gladius, le soldat du futur est arrivé! >>

Des images du système de lance-grenade automatique de Rheinmetall >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.