Chaos et guerre civile en Afghanistan si les troupes de l’OTAN quittent le pays

0
Un panel de représentants de l’Afghanistan ont expliqué craindre le chaos et la guerre civile si l’OTAN se retire du pays (Photo: © 2012 Halifax International Security Forum)

Plusieurs hommes politiques et chefs d’entreprises afghans ont mis en garde la communauté internationale du «chaos et de la guerre civile» si les États-Unis et les alliés de l’OTAN comme le Canada quittaient le pays.

Cette mise en garde a été émise à Halifax par un panel de chefs d’entreprise et d’hommes politiques afghans. Lors du forum d’Halifax sur la sécurité internationale, ils ont parlé de l’avenir de l’Afghanistan et du Pakistan.

L’Afghanistan «a besoin de beaucoup de ressources et de patience de la part de la communauté internationale», a déclaré Abdul Rahim Wardak, un ancien ministre de la défense et actuel conseiller président afghan Hamid Karzaï.

«Malheureusement, les talibans et leurs partisans ont compté dès le début, que, tôt ou tard, la communauté internationale serait à bout de patience et partirait, et c’est pourquoi ils se préparent pour ce jour-là.»

Pour cette raison, Wardak dit espérer «que l’aide internationale se poursuivra.»

L’OTAN prévoit quitter le pays en 2014. D’ici là, un processus de transition a été mis en place, dont le Canada est l’un des moteurs.

Suite à la fin de la mission de combat en juillet 2011, ce sont près de 900 militaires canadiens qui sont ainsi basés à Kaboul et à Mazar-e-Sharif pour former les militaires et la police du pays. Le premier ministre Stephen Harper a annoncé que cette mission de formation prendrait fin en mars 2014, date à laquelle tous les militaires canadiens devraient avoir quitter l’Afghanistan.

Le reste des troupes de l’OTAN doit quitter au plus tard le 31 décembre 2014.

Le ministre de la Défense Peter MacKay a toutefois réaffirmé l’engagement du Canada a verser une aide au pays de 110 millions $ par an jusqu’en 2017.

Toutefois, le pays entrera en période électorale au mois d’avril de la même année.

«Quel poids peut utiliser l’Occident pour s’assurer que ces élections soient libres et justes?» a déclaré Ahmed Rashid, un journaliste respecté du Pakistan et observateur de longue date de la situation en Afghanistan.

«Les dernières élections ont été ouvertement truquées par le président Karzaï, a t-il dit. Si les prochaines élections sont truquées, l’Afghanistan va s’écrouler, et nous allons faire face à une guerre multidimensionnelle, comme nous n’avons jamais vu avant.»

«S’ils sont négligés, l’Afghanistan et le Pakistan deviendront les problèmes du monde pour les années à venir. Avec les armes nucléaires, les drogues et le terrorisme, cette région ne doit pas être abandonné. Vous devez comprendre les conséquences. Je pense que c’est très important pour les chefs politiques dans les pays comme le Canada d’expliquer l’importance de l’Afghanistan pour leur citoyen, a déclaré Saad Mohseni, un grand patron de médias du Moyen-Orient possédant plusieurs stations de diffusion en Afghanistan. Il est très facile de se désengager maintenant, et il est très facile de devenir isolationniste, de dire que votre économie ne va pas bien, et qu’il faut donc s’éloigner de l’Afghanistan. La dernière fois qu’on l’a fait, les attentats du 11 septembre se sont produits.»

À lire aussi:

Les Afghans ne seraient pas prêts en 2014, selon un rapport au Congrès américain >>

Les talibans reviendront au pouvoir après 2014 >>

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.