Exercice du NORAD: 24 heures à l’intérieur de Cheyenne Mountain

0

Les portes de près de 20 tonnes de la Cheyenne Mountain Air Force Station au Colorado se sont refermées sur le personnel de NORAD et du USNorthcom lors d’un exercice le 25 octobre dernier. Comme dans les films d’Hollywood.

Les portes sont restées fermées pour une période de 24 heures pendant laquelle le personnel à l’intérieur devait participer à un exercice de commandement.  Normalement, les lourdes portes sont fermées et ouvertes une fois par semaine. La dernière fois qu’elles ont été fermées pour une contingence était lors de l’attaque des tours du World Trade Center, mais elles n’avaient jamais été fermées durant un exercice pendant plus de 45 minutes.

Aujourd’hui, le complexe de Cheyenne Mountain sert de centre de commandement alternatif du NORAD, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord, et du USNORTHCOM, le Commandement américain du secteur Nord, et comme lieu de formation pour le personnel.

Le commandement du NORAD et de l’USNORTHCOM, de nos jours, est situé à la base aérienne de Peterson, au Colorado elle aussi, mais, depuis qu’au plus fort de la guerre froide dans les années 1950, a été construit au creux de la montagne ce centre de contrôle et de commandement bien à l’abri  des bombardiers à longue portée soviétiques de l’époque, l’endroit est devenu mythique.

De 1994 à 2011, le complexe de Cheyenne Mountain est notamment en vedette dans les films et les séries Stargate ou La Porte des étoiles, qui présente un univers de science-fiction basé sur des voyages entre des planètes situées dans différentes galaxies et reliées entre elles par un réseau de Portes des étoiles.

Pour ceux qui ne se rappelleraient pas parfaitement Stargate, la vidéo du générique devrait vous replonger dans cet univers:

«Nous n’avons jamais vraiment dormi dans la montagne avant dans le cadre d’un exercice ou d’un groupe», a déclaré Chris Franks, le responsable de cet exercice.  «Il y avait des personnes qui le faisaient périodiquement», mais, cela n’avait jamais été fait à cette échelle.

Bien que Cheyenne Mountain ait la réputation d’être un bunker de l’apocalypse,  il n’a jamais été conçu pour accueillir des personnes pendant une période prolongée.», a déclaré pour sa part Glen Williams, planificateur de l’opération.

«Il n’y avait pas de couchettes», a-t-il dit. «Compte tenu du nombre de personnes qui allaient dormir là-bas, un certain nombre de lits pliants ont été disposés dans les tunnels d’entrée. Donc Il y avait donc  des centaines de lits qui ont été mis en place.» et il a fallu alterner : avec une personne qui dort tandis que l’autre travaille, puis, on change, à la fin du quart de travail de …12 heures.

Pour le capitaine des Forces canadiennes Rock Bernard (sans jeu de mots), être enfermé dans la montagne lui a rappelé un précédent emploi qu’il avait. «La montagne est un grand trou souterrain, ça m’a rappelé mes 2 ans de travail dans une mine d’or à Red Lake, en Ontario, mais je me suis senti très soulagé quand la porte géante hydraulique s’est ouverte et je suis sorti.» a dit le capitaine Bernard.

Son frère, le major des Forces canadiennes Miguel Bernard abonde dans le même sens «Ce fut une expérience unique à l’intérieur du complexe de Cheyenne Mountain pour plus de 24 heures. Vous ne voyez pas le soleil, et vous ne respirez pas l’air frais du Colorado, mais il est extrêmement bien construit et si grand que ça finit par être ok.»

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.