La vente des terrains du quartier militaire de Sainte-Foy devrait rapporter 30 millions

0

 

Quartier militaire de Ste-Foy (Photo: Google)
Quartier militaire de Ste-Foy (Photo: Google)

 

La Défense nationale se départira des terrains entourant le futur manège militaire de Sainte-Foy. C’est du moins ce que rapportait TVA-Québec le 2 novembre.

On sait que le ministère de la Défense avait décidé de raser d’ici 2013 son quartier de résidences  de Ste-Foy pour les familles de militaires pour ériger un édifice destiné à l’entraînement de réservistes. Le nouveau manège militaire, de deux étages et d’une superficie de 4000 mètres carrés, sera érigé derrière le centre commercial Laurier Québec sur le boulevard Hochelaga, dans le secteur de Sainte-Foy.

Mais le ministère possède beaucoup plus de terrain qu’il n’en faut pour le nouveau manège militaire. Il possède en effet le long du boulevard Hochelaga une superficie couvrant environ 11 hectares, soit l’équivalent d’une vingtaine de terrains de football. La moitié seulement de cet espace servira à l’érection du nouveau Manège militaire, soit le quadrilatère formé par les rues Fiedmont, Pierre-Martin, Jean-Lelarge et par le boulevard Hochelaga.

Une fois complété l’immeuble de 4000 pieds carrés du nouveau manège, la Défense nationale se retrouvera donc avec 140 000 pieds carrés excédentaires.

Le secteur où sont situés ces terrains a connu un fort développement commercial depuis quelques années, plusieurs tours à bureaux y ont été érigées et les grands centres commerciaux.ont été agrandis. En outre, les terrains sont près de l’université, des hôpitaux et des autoroutes. TVA-Québec faisait dans son reportage état du rôle d’évaluation foncière de 2013 à 2015 de la municipalité qui nous apprend que la valeur de ces terrains de 144 000 pieds carrés se chiffre à 29,4 millions de dollars. Cette évaluation datant de juillet 2011 et la valeur aujourd’hui pourrait être de 10 à 20 % plus élevée que l’évaluation.

La vente de ces terrains devrait donc permettre au ministère d’aller cherche au moins 30 millions $.

Le ministère ne peut vendre lui-même les terrains et fera donc appel à la Société immobilière du Canada pour les vendre.  C’est, en effet,  la Société immobilière du Canada qui gère, réaménage et/ou vend les biens immobiliers stratégiques dont le gouvernement du Canada n’a plus besoin pour ses programmes.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.