Le budget et l’échéancier de l’hélicoptère Chinook CH-147 totalement respectés

0
Vol inaugural du CH-147F Chinook de Boeing destiné au Canada (Photo : Boeing photo)
Vol inaugural du CH-147F Chinook de Boeing destiné au Canada (Photo: Boeing)

La Défense nationale canadienne a publié le 28 novembre une mise à jour de l’état du projet d’hélicoptères de transport moyen à lourd Chinook où elle annonce que l’échéancier et le budget du projet sont actuellement totalement respectés.

Déjà, en juillet dernier, l e constructeur, Boeing, avait a annoncé que le nouvel hélicoptère de destiné au Canada était en avance sur le calendrier après avoir fait son premier vol le 24 juin.

Le 24 septembre 2012 – Premier vol du deuxième CH147 Chinook qui entreprendra des essais à la base aéronavale américaine Patuxent River, située au Maryland, de novembre 2012 à mars 2013 (Photo : Boeing)
Le 24 septembre 2012 – Premier vol du deuxième CH147 Chinook qui entreprendra des essais à la base aéronavale américaine Patuxent River, située au Maryland, de novembre 2012 à mars 2013 (Photo: Boeing)

Depuis, le 24 septembre dernier, un deuxième hélicoptère Chinook de modèle F canadien a entrepris la phase d’essai et d’évaluation du programme et a terminé son premier vol d’essai.

Deux hélicoptères Chinook de modèle F poursuivront donc  la phase d’essai et d’évaluation du programme dans la prochaine année avec la collaboration de pilotes d’essai de Boeing et des Forces canadiennes.

Après la fin du programme de vol d’essai d’un an dirigé par Boeing, l’arrivée du premier Chinook de modèle F est prévue à la Base des Forces canadiennes Petawawa, en Ontario, en juin 2013.

Les aéronefs seront livrés à raison d’environ un appareil par mois, et tous les aéronefs auront été livrés en 12 mois. Les hélicoptères devraient atteindre leur capacité opérationnelle initiale en 2014, comme prévu.

Par ailleurs, une modification au contrat afin d’offrir 20 ans de soutien en service pour les hélicoptères est en cours d’élaboration auprès de Boeing et les négociations à ce sujet, dit un communiqué de la Défense nationale, devraient se terminer en mai 2013.

Le CH-147

On sait que gouvernement du Canada a fait l’acquisition de 15 hélicoptères Chinook pour combler les besoins du Canada en matière d’hélicoptères de transport moyen à lourd.

Le Chinook H-47 canadien,  appelé CH-147F par les Forces canadiennes, comporte plusieurs caractéristiques avancées : un nouveau design, une cellule modernisée avec un système de carburant lui procurant plus d’autonomie, un nouveau système électrique, un poste de pilotage de conception nouvelle et un système numérique de contrôle automatique de vol. L’avion a également des caractéristiques de survie améliorées, y compris un système directionnel contre-mesures infrarouge, une protection balistique interne, et des sièges blindés résistant à l’écrasement, tant pour le pilote que le copilote.

Le coût total estimé du programme d’hélicoptères de transport moyen à lourd est d’environ 5 milliards $. Le montant se répartit comme suit :

Le coût total estimé du projet d’acquisition est d’une valeur approximative de 2,3 milliards $, montant qui comprend les 15 hélicoptères; le soutien en service et la maintenance, l’acquisition d’équipement directement du gouvernement américain (au moyen de ventes militaires à l’étranger); une nouvelle infrastructure à Petawawa; les coûts de gestion du projet; et un programme complet de formation du personnel d’entretien et des membres de l’équipage, y compris les dispositifs de simulation et le matériel didactique.

Le programme de soutien en service et de maintenance de 20 ans des hélicoptères, les systèmes de formation et l’équipement acheté directement du gouvernement américain (ventes militaires à l’étranger)1, exception faite du personnel et des coûts de fonctionnement, sont d’une valeur approximative de 2,7 milliards $.

À lire aussi:

Le nouvel hélicoptère de Boeing pour le Canada en avance sur son calendrier >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.