Les Canadiens préoccupés par le sort des anciens combattants

0
Salut militaire de l'ancien combattant Allan Tanner pendant la Cérémonie du jour du Souvenir à Halifax en 2010(Photo : Caporal-chef Robin Mugridge, Services d’imagerie de la formation, Halifax, Nouvelle-Écosse)
Salut militaire de l’ancien combattant Allan Tanner pendant la Cérémonie du jour du Souvenir à Halifax en 2010(Photo : Caporal-chef Robin Mugridge, Services d’imagerie de la formation, Halifax, Nouvelle-Écosse)

Alors que les anciens combattants on dû livrer plusieurs combats très médiatisés contre l’administration fédérale, un sondage national mené par Nanos Research et publié aujourd’hui par Commissionnaires révèle une préoccupation grandissante chez les Canadiens concernant le sort des vétérans.

Commissionnaires est le plus important employeur privé de vétérans au Canada: les Commissionnaires offrent depuis 85 ans des emplois aux anciens membres des Forces canadiennes et de la GRC dans le domaine de la sécurité et l’organisme, qui compte un effectif de 20 000 employés, est fondé sur des valeurs militaires (dévouement, responsabilité, et esprit de mission).

Faits saillants

Le sondage, publié par Commissionnaires le 5 novembre, révèle qu’une majorité étonnante, soit 94 % des répondants (ce qui représente une augmentation par rapport à 89 % en 2009), croit qu’il incombe aux Canadiens de garantir des emplois valorisants aux anciens combattants à la fin de leur service dans les Forces canadiennes.

Le sondage indique aussi que près de 43 % des Canadiens estiment que la transition des vétérans est plus difficile aujourd’hui qu’elle ne l’était dans le passé, par rapport à 28 % qui croient que la transition se fait plus facilement de nos jours.

Plus de la moitié des Canadiens (51.8 %) croient que l’aide offerte aux vétérans souffrant de problèmes comme le trouble de stress post-traumatique est carrément insuffisante.

Finalement, bien que le sondage indique que 82.1 % des Canadiens pensent principalement aux vétérans de la Première et de la Seconde Guerre mondiale le 11 novembre, il indique également que 88.9 % des Canadiens croient que le jour du Souvenir devrait rendre hommage à tous les vétérans, peu importe où et quand ils ont servi.

Le sondage a été mené par la firme Nanos Research auprès de 1 000 entre le 4 et le 11 octobre. La marge d’erreur pour un échantillon de cette taille est de ±3,1 %, 19 fois sur 20.

Le problème de transition à la vie civile

Le président du Conseil de Commissionnaires, Bill Sutherland, ne s’est pas montré étonné du résultat du sondage. Il a déclaré, dans le communiqué de l’entreprise qui annonce les résultats « Nous ne sommes pas surpris. Nous voyons chaque jour les défis auxquels sont affrontés un si grand nombre de nouveaux vétérans à la fin de leur service militaire. Néanmoins, nous savons également que, forts des défis qu’ils ont été appelés à relever ici et à l’étranger, les vétérans font preuve d’un degré sans pareil de fidélité, de dévouement et d’éthique de travail. Ils possèdent des compétences très recherchées par les employeurs. Ils nous ont tout donné et ils méritent notre appui. »

Ce sondage cherchait notamment à connaître les opinions et les attitudes des Canadiens vis-à-vis des problèmes auxquels sont confrontés un si grand nombre d’anciens combattants qui réintègrent le marché du travail après leur service militaire.

On se rappelle que, le 4 octobre dernier, dans son rapport automnal, le vérificateur  du Canada s’était penché sur certains des services et avantages offerts aux membres des Forces canadiennes et aux vétérans pour les soutenir dans leur transition à la vie civile. Les membres des Forces canadiennes et les vétérans, disait alors le rapport, trouvent le processus de transition complexe, lent et difficile à comprendre et à exécuter.

À lire aussi:

Transition difficile à la vie civile pour les militaires, dit le vérificateur général >>

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.