Naufrage du HMS Bounty: le capitaine toujours manquant

0

Lors du passage de la tempête Sandy, la réplique du célèbre trois-mâts HMS Bounty a sombré au large des côtes de la Caroline du Nord. Les recherches pour retrouver le capitaine se poursuivent toujours.

La Garde côtière américaine a indiqué qu’un de ses bateaux a recherché Robin Walbridge, 63 ans, dans la nuit de mardi à mercredi et que deux avions C-130 Hercules se sont joint aux recherches mercredi. Un avion supplémentaire en provenance de Miami s’est joint aux recherches plus tard dans la journée.

Le HMS Bounty est une réplique du navire marchand britannique du 18e siècle sur lequel l’équipage s’est mutiné en avril 1789.

Construit en Nouvelle-Écosse, ce Bounty avait notamment été utilisé lors des tournages de «Révoltés du Bounty» (1962) et «Pirates des Caraïbes: le secret du coffre maudit» (2006).

Malmené dans la tempête, l’équipage a abandonné le navire lundi et s’est réfugié dans deux radeaux de sauvetage. La Garde côtière a secouru 14 des 16 membres d’équipage. Elle a d’ailleurs rendu publique la vidéo du sauvetage.

Claudene Christian, 42 ans, a été retrouvée lundi soir, mais était inanimée. Elle a été transportée à un hôpital d’Elizabeth City (Caroline du Nord), où son décès a été constaté. Elle était une descendante, en ligne directe, de Fletcher Christian… le meneur de la révolte du Bounty!

Le capitaine Doug Cameron de la Garde côtière a indiqué qu’il y avait toujours de l’espoir de retrouver le capitaine vivant.

La Garde côtière prend en considération la forme physique d’une personne disparue, les conditions météorologiques et l’équipement de survie lorsqu’elle décide la durée de ses recherches, a-t-il expliqué dans un communiqué. Sous les latitudes de la Caroline du Nord, l’eau est à près de 25°, donc le capitaine Walbridge aurait une bonne chance de survie.

Pourquoi le navire était en pleine mer?

L’équipage, qui était bien au courant de la situation, a décidé de lever l’ancre jeudi 25 octobre depuis le Connecticut où le navire se trouvait, pour se rendre à son port d’attache à St. Petersburg (Floride).

Sandy se trouvait à ce moment là à Cuba et l’équipage pensait pouvoir éviter la tempête en passant plus à l’est.

Toutefois, dès le vendredi, Sandy était déjà sur eux et samedi la page Facebook du navire indiquait que l’équipage était en train de « surmontait la tempête ».

La HMS Bounty Foundation précise: « Nous avons reçu un appel de détresse du Bounty à 18h30 dimanche soir comme quoi le navire perdait de la puissance et que les pompes étaient incapables de répondre à l’eau envahissant le navire. […] À 4h30 aujourd’hui [lundi, NDLR] le commandant a ordonné à tout le monde d’abandonner le navire. »

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d’exercices ou d’opérations, au plus près de l’action.
#OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.